Jérusalem : Jubilé de la Maison d’Abraham

Publié le 28/11/2014
Jérusalem
 

La Maison d’Abraham, “ambassade” du Secours Catholique à Jérusalem, fête ses cinquante ans d’accueil, de partage et de soutien aux populations fragilisées par le conflit israélo-palestinien.

 

Au sommet de la colline Ras-el-Amoud, voisine du mont des Oliviers, une robuste bâtisse en pierre de taille, construite en 1903 pour des bénédictins, domine la Ville sainte depuis la partie orientale de Jérusalem. Discrète derrière un rideau de pins maritimes, elle accueille des pèlerins de tous pays et de toutes confessions. C’est là que se retrouveront pendant une semaine les administrateurs du Secours Catholique.

Accueil et dialogue

Créée le jour de Noël 1964, la Maison d’Abraham a été voulue par Paul VI. L’année précédente en effet, le pape était venu à Jérusalem et avait demandé à Mgr Rodhain, fondateur du Secours Catholique, d’y ouvrir une maison d’accueil pour les pèlerins pauvres souhaitant se rendre aux sources de la foi.

À cette mission d’accueil, Mgr Rodhain y ajoute immédiatement celle de secourir les populations des quartiers déshérités - grâce à un dispensaire - et celle d’abriter des rencontres en faveur du dialogue entre tous les fils d’Abraham. En 1967, au lendemain de la guerre (5-10 juin 1967), l’organisation française appuie les actions humanitaires de Caritas Jérusalem, qui vient de naître. Au même moment, Jean Rodhain, alors également président de Caritas Internationalis, se bat pour que les réfugiés palestiniens soient secourus.

Au fil des ans, le Secours Catholique a fait de la Maison d’Abraham un lieu de «  ressourcement et de formation de bénévoles et salariés du réseau Caritas et de la diaconie de l’Église universelle, par la découverte des sources bibliques de la foi et la rencontre d’acteurs de paix et de solidarité en lien avec des communautés locales vivant des situations de pauvreté. »

La Maison d’Abraham est animée par quatre sœurs de charité dominicaines de la Présentation de Tours, assistées par une poignée de bénévoles venus prêter main forte au directeur de l’établissement (actuellement François-Xavier Adam de Matharel). Généralement français, ces bénévoles s’engagent pendant trois ou quatre mois au service des pèlerins, participent à l’entretien des parties communes et s’impliquent également dans la préparation et le services des trois repas servis quotidiennement aux pensionnaires. Actuellement, Guillaume et Aurélie, 30 et 32 ans, journalistes de télévision, ont décidé de prendre quelques mois sabbatiques pour les consacrer à la Maison d’Abraham. "Nous nous sommes mis à la disposition des chefs de cuisine. Nous adorons mettre en valeur les produits palestiniens, explique Guillaume. Avec quelques adolescents, nous faisons notre propre huile avec les olives ramassées ensemble, nous faisons des confitures d’oranges ou encore des apéritifs."

Festivités et rencontres

Les membres du Conseil d’administration du Secours Catholique font spécialement le voyage pour participer à ce moment festif. Cette semaine débute dimanche 30 novembre par une messe du jubilé à l’abbaye bénédictine d’Abou Gosh. Elle se poursuit par l’inauguration d’une plaque commémorative du bienheureux Paul VI et d’un chemin de prière. Une exposition didactique, composée de photographies et de textes, retrace l’histoire de la Maison et les actions menées par le Secours Catholique – Caritas France depuis cinquante ans dans cette partie du monde.

A la clef de ce séjour, visite de Jérusalem, de Bethléem, d’Hébron, et rencontre d’un éventail représentatif de partenaires israéliens et palestiniens du Secours Catholique, tous œuvrant au rapprochement des deux peuples et travaillant unanimement à la solution d’une paix durable dans cette région du monde, en guerre depuis 1948.

 

Jacques Duffaut
©Elodie Perriot/Secours Catholique
Procession de Lourdes
Plus d'informations
Spiritualité
# sur le même thème