La solidarité se tisse

Publié le 12/02/2013
La solidarité se tisse
 

Fondé en 2004 par le Secours Catholique, le réseau Tissons la solidarité fédère 70 structures d’insertion, chantiers ou entreprises, qui luttent contre l’exclusion (essentiellement de femmes mais aussi d’hommes), en leur offrant un travail.

L’activité de ces chantiers et entreprises d’insertion concerne le recyclage de vêtements de seconde main. Elle comprend la collecte de vêtements puis le tri, le lavage et le repassage de ceux, destinés à la vente, qui partent dans les 125 boutiques ouvertes à tous publics, véritables espaces de mixité sociale.

Les personnes accueillies (83 % de femmes) sont salariées sous la forme de contrats aidés. Elles participent à l’activité économique des chantiers et font l’objet d’un accompagnement socioprofessionnel vers leur retour à l’emploi dans le circuit économique classique. En 2010, 1 780 salariés ont suivi un parcours d’insertion et 303 salariés permanents les accompagnent.

Le réseau Tissons la solidarité rassemble les associations signataires d’une charte autour de quatre grands principes : une vocation d’insertion sociale et professionnelle ; une transparence sur l’utilisation de leurs dons ; le respect des règles de l’exportation des surplus textiles sur le marché international ; le respect des dispositions institutionnelles liées à l’insertion.

Pour développer des projets spécifiques, les fonds propres du réseau Tissons la solidarité augmentent chaque année, passant ainsi à près de 320 100 € en 2012.

Depuis la création de Tissons la solidarité, les partenariats ne cessent d’être développés

Avec les institutions. Tissons la solidarité depuis sa création a développé un partenariat avec les ministères de l’Environnement, du Travail (convention cadre avec Pôle emploi), de la Justice (formations dispensées à la maison d’arrêt des femmes de Versailles), des Solidarités et de la Cohésion sociale.

Avec le monde de l’entreprise. Le réseau Tissons la solidarité s’est rapproché des entreprises de la distribution de vêtements et des professionnels de la mode, démontrant par là que l’économie sociale et solidaire peut être complémentaire de l’économie classique. C’est dans cet esprit que la griffe Tissons la solidarité a été conçue. Elle labellise la nouvelle vie d’un vêtement retravaillé selon des tendances élaborées par des professionnels en suivant un parcours de production classique de six mois avant la mise en boutique. Cette démarche a été parrainée par Christian Lacroix en 2010.

Avec les structures d’insertion. Tissons la solidarité travaille en lien avec les autres réseaux et particulièrement avec Chantier École pour accompagner le retour vers l’emploi des acteurs en proposant des formations vers la qualification professionnelle.

Avec Emmaüs France et le Relais France, le réseau Tissons la solidarité a créé, en juin 2008, l’association Inter-réseau de la fibre solidaire (IRFS), dont l’objectif premier est d’agir contre l’exclusion sur le territoire national et à l’international.

Aujourd’hui l’IRFS comprend 90 entreprises et chantiers d’insertion, 3 000 salariés (en insertion et permanents), 200 boutiques. À l’international, l’association a créé des emplois (tri et revente des vêtements) pour 300 personnes réparties en Afrique (au Burkina Faso, au Sénégal), à Madagascar. Les bénéfices de ces activités sont intégralement réinvestis dans des projets locaux. L’IRFS a agi pour obtenir la mise en place d’une contribution textile environnementale.

Marie-Hélène Content
Crédits photos: © Sébastien Le Clezio / Secours Catholique-Caritas France
Trois hommes admirent leur récolte de salade
Plus d'informations
Économie solidaire
# sur le même thème