Lien social : partager les talents

Publié le 02/01/2015
Lien social : partager les talents
 

Que ce soit sur les territoires urbains ou ruraux, le Secours Catholique-Caritas France crée et développe avec les habitants des espaces de rencontre favorisant le lien social, l’entraide et la participation de tous à la vie de la société.

Promouvoir les savoir-faire de tous, bénévoles comme personnes en difficulté, pour les partager et les échanger, procède de l’esprit d’entraide au Secours Catholique. Ainsi, sur les lieux d’accueils, les équipes animent des petits groupes de personnes sur des thématiques très diverses allant de l’écriture à la cuisine en passant par la couture, la peinture, le théâtre… Car il faut faire émerger les talents bien souvent ignorés des personnes accueillies au Secours Catholique et très fragilisées, qui n’ont d’elles-mêmes qu’une image dévalorisée.

Dans la Somme, l’écriture est perçue « comme un tremplin pour progresser, ensemble »

Isabelle, qui anime l’atelier d’écriture du mercredi après-midi, à Amiens, explique que « chaque personne choisit son sujet, et gère son temps pour le créer ». Chacune « écrit les mots comme elle les voit dans sa tête. Regarder les erreurs est l’occasion de progresser, personnellement et en groupe. Car la personne compose pour elle mais aussi pour les autres. Elle lit à haute voix, et à travers les mots, elle se dit et communique… » Le travail s’élabore, poursuit Isabelle, « à partir de ce que chacun sait déjà et non pour combler des vides. J’accompagne, j’écoute, je propose et mon plus grand bonheur, c’est de faire jaillir le potentiel caché. »

À Boulogne, les émotions dans l’objectif

Tout en partant à la découverte des sites historiques de la région, le groupe de Boulogne s’est initié à la photographie. Chacun a pu montrer à travers l’objectif de l’appareil les rencontres, les visages émerveillés, les émotions ressenties. Les photos témoignent des visites de la verrerie d’Arques, du village Saint-Joseph à Ardres, de l’abbaye de Valloires, du moulin de Cassel et du musée de la dentelle à Calais. Elles ont été exposées, le dimanche 19 octobre 2014.

En Ille-et-Vilaine, le potentiel créatif se développe en groupe

L’équipe Rennes-Centre a mis en place des groupes dits de convivialité. Celui des jeudis, ouvert à tous, pratique l’art-thérapie. La présence d’une art-thérapeute aide chacun à exprimer ses sentiments et ses émotions, et à porter un nouveau regard sur soi et sur l’autre. L’accueil des lundis après-midi s’est enrichi d’activités aussi créatives. Il propose la fabrication de mobilier d’extérieur avec des palettes de récupération, et fait naître ou ranime ainsi les compétences des personnes en situation de fragilité.

À Paris, peintures et sculptures exposées

Toutes les semaines, ils se retrouvent rue Sarrette (Paris 14e) pour passer un moment de détente autour de l’art et de la peinture. Alors que certains laissent aller leur imagination, d’autres se lancent dans des copies de grands peintres… Mais tous sont des artistes. Autour de « l’enseignant » bénévole qui les guide et leur apprend quelques techniques, les talents se révèlent, des amitiés se créent. Leurs œuvres ont été montrées au public, à la mairie du 14e.

Un jour et demi par semaine, à l’atelier Terre du Secours Catholique, Chantal et Robert, bénévoles, initient des personnes accueillies au techniques du modelage et de la poterie. Des liens se tissent, la confiance s’instaure et surtout, des artistes se découvrent. Ils reprennent espoir et retrouvent leur dignité. Une fois par an, le public est invité à découvrir les œuvres réalisées.

Des ateliers cuisine pour partager des plats et nourrir l’amitié

D’une équipe à l’autre, les modalités peuvent différer, mais dans tous les cas, il s’agit de partager un moment heureux tout en échangeant recettes, méthodes pour préparer une alimentation saine à moindre coût, en utilisant des produits de saison tout en maîtrisant son budget.

Tous les lundis soir à l’espace Béthanie, à Marseille, des mamans se réunissent pour l’atelier cuisine. Pendant que les enfants jouent dans une autre pièce, une maman fait découvrir une recette originale.

Tous les quinze jours, à l’accueil de Poitiers, un repas est préparé et dégusté. Le menu est affiché quelques jours avant dans les locaux de l’accueil, et quinze à vingt participants peuvent participer à la réalisation de ce repas. Le coût du repas se situe entre 2 et 3 euros. Le menu est conçu avec des plats familiaux, qu’on peut faire chez soi. Thierry, ancien compagnon du Tour de France, cuisinier-pâtissier de métier, apporte de précieux conseils et met ses « compétences au service des autres ».

À Chauvigny, dans la Vienne, l’atelier cuisine propose aux participants, tous les quinze jours, de découvrir des recettes, d’échanger des « tours de main », d’apprendre à mieux se nourrir et de façon variée. L’équipe choisit les plats qu’elle souhaite cuisiner en tenant compte de la saison, des fêtes, comme avec le pâté de Pâques, traditionnel dans la région en cette période. À Noël, le repas préparé par l’équipe est pris en commun et, en juillet, un pique-nique réunit tout le monde.

Dans toutes les équipes du Secours Catholique, les compétences des bénévoles sont multiples et variées. Mises à profit, elles permettent que ces ateliers s’animent et qu’ils révèlent aux participants leurs talents qu’ils ne soupçonnaient pas. La présence dans ces groupes donne à tous l’occasion de manifester sa générosité et rompt l’isolement si souvent vécu par les personnes que les équipes accueillent. Gageons sur leur développement.

Marie-Hélène Content
Crédits photos:© Xavier Schwebel / Secours Catholique-Caritas France
Deux mamies sourient bras-dessus bras-dessous
Plus d'informations
Lien social et lutte contre l'isolement
# sur le même thème