Migrants : les associations chrétiennes proposent un autre regard

Publié le 25/05/2012
France
 

Dix-huit organisations chrétiennes et protestantes, dont le Secours Catholique, ont publié le 24 mai une brochure consacrée à une réflexion chrétienne sur l’accueil des migrants. Elles y démontent les préjugés sur la migration et appellent au « vivre ensemble ».

« Lorsque l’Église accomplit un geste altruiste, lorsqu’elle se tourne vers son frère en difficulté sans rien attendre en retour, elle est dans sa mission », a affirmé Mgr Renauld de Dinechin, évêque auxiliaire de Paris, en responsabilité pour la pastorale des migrants, le 24 mai à Paris, lors de la présentation à la presse de la brochure À la rencontre du frère venu d’ailleurs. Publiée par dix-huit organisations chrétiennes, cette brochure se donne pour mission de vaincre les réticences sur les migrations et de faire en sorte qu’un autre regard soir porté sur elles.

Des préjugés à la peau dure

« Lors de la campagne électorale présidentielle, le mot "immigré" couvrait tout et n’importe quoi. Derrière les craintes face à l’immigration se cachent des préjugés », dénonce François Soulage, président du Secours Catholique. Ce sont ces préjugés que les associations se sont employées à démonter dans cette brochure. « Dans un contexte de campagne électorale en vue des législatives, il est important que nous, chrétiens, fassions un travail de sensibilisation pour ne pas laisser nos élus dire n’importe quoi pour des raisons électoralistes », a estimé François Soulage. La brochure souligne que rien n’est plus préoccupant que le décalage entre la somme des études démontrant que l’immigration est une chance pour l’avenir de la France et la persistance d’idées reçues fondées sur une équation simple : immigrés = problème.

Parmi ces réticences, on trouve, entre autres, le sentiment que les immigrés ne savent pas et ne veulent pas s’intégrer. « Sur les 650 000 personnes accueillies par le Secours Catholique, 30 % sont des gens issus de l’immigration. Nous voyons combien ces personnes ont d’abord une envie d’être intégrées ; nous pouvons témoigner de cette réalité. Aujourd’hui, il faut mettre en avant une politique d’intégration et non plus de stigmatisation ! », a déclaré François Soulage. Par ailleurs pour Denis Viénot, secrétaire général de « Justice et Paix » France, les migrants sont avant tout « des actifs et des consommateurs, ils payent des impôts davantage qu’ils ne touchent d’allocations. »

La migration, une chance pour le développement de la foi chrétienne

Pour les associations, il est essentiel de réaffirmer la migration comme une chance pour la France, que ce soit du point de vue économique, de l’aide au développement, de la richesse culturelle ou encore du dynamisme de la foi chrétienne. « Environ 1 500 prêtres étrangers et 4 500 religieuses étrangères participent à la mission de l’Église en France », a rappelé Mgr de Dinechin. Sœur Françoise Schill, responsable du service Vie internationale à la Conférence des religieux et religieuses de France (CORREF), en témoigne. « Dans nos communautés religieuses, nous vivons l’internationalité ; la vie religieuse est donc un laboratoire du vivre ensemble et l’internationalité en est la pierre de touche puisqu’elle symbolise la modernité. »

Les associations, à travers ce document, lancent un véritable appel aux chrétiens et aux citoyens pour une ouverture à l’autre. Guy Aurenche, président du CCFD-Terre solidaire, a demandé quant à lui que les accords bilatéraux entre la France et certains pays, notamment africains, soient renégociés. « Ces accords pervertissent l’idée de développement et la notion de migration. » Par ailleurs, il a lancé un appel au nouveau président de la République, François Hollande, pour que la France « soit pionnière en devenant le premier pays européen à signer la Convention des Nations unies pour la défense des droits des migrants. »

Clémence Richard
© S. Le Clézio/SC
Deux femmes discutent
Plus d'informations
Migrants
# sur le même thème