Palestine : Inas Sawahreh, pour le droit de la terre

Publié le 20/05/2014
Palestine
 

Inas Sawahreh, membre d’Al-Maqdese for society developpment, partenaire du Secours Catholique-Caritas France, se mobilise au quotidien pour lutter contre les violations de droits que subissent les Palestiniens. Son association s’engage depuis peu pour le droit à la nourriture. Elle nous livre son regard sur l’actualité de sa région.

Quel est l’objectif de votre association, Al-Maqdese ?

L’objectif premier d’Al-Maqdese – qui rassemble une vingtaine de salariés – est de faire connaître et combattre les violations de droits de l’homme et ceux des Palestiniens, dans les territoires occupés et particulièrement à Jérusalem Est. “Al-Maqdese” est le nom des habitants de Jérusalem en arabe. Nous essayons de documenter toutes les violations de droits qui nous sont rapportées. Le Secours Catholique-Caritas France nous soutient sur ce travail de recensement hebdomadaire et mensuel.

Nous sommes attentifs à divers domaines comme la violation de domicile, la confiscation de terres, les arrestations d’enfants ou de personnes âgées, la limitation du droit de circulation ou de la pratique de sa religion, l’accès à l’éducation… Nous voulons surtout sensibiliser : nous expliquons quels sont les droits que peuvent réclamer les Palestiniens et nous les invitons à demander qu’ils soient respectés.

Vous avez parlé de terres confisquées. En quoi est-ce crucial dans la situation actuelle ?

Selon les derniers accords internationaux, Jérusalem Est a été illégalement annexée par Israël en 1967. Or à cette époque comme aujourd’hui, quand une famille palestinienne est expulsée de chez elles, de sa terre, c’est très souvent le revenu familial – grâce à l’agriculture – qui disparaît ; ce sont aussi les possibilités de se nourrir par de petites plantations de légumes et de fruits.

C’est pourquoi nous nous penchons de plus en plus sur le droit à la nourriture, thème de la campagne mondiale de Caritas et thème de la campagne d’action internationale du Secours Catholique-Caritas France.

Comment se traduit votre engagement dans ce domaine ?

Notre activité principale est une “clinique des droits” (legal clinic). Financée au départ par la Coopération espagnole rejointe par de nombreux partenaires, elle accueille une équipe d’avocats et d’assistantes sociales qui donnent des informations sur les procédures face à une violation de droits et orientent au mieux les demandes. Nous y proposons, depuis peu, des formations aux agriculteurs et petits producteurs sur le management, les droits qu’ils peuvent avoir, les subventions qu’ils peuvent demander. Nous faisons cette sensibilisation par groupe, afin, aussi, de mettre en contact les gens, qu’ils se connaissent et s’épaulent.

Enfin, nous sommes beaucoup mobilisés auprès des Palestiniens qui ont perdu leurs terres suite à la construction du mur de séparation, ainsi qu’auprès de ceux qui ont vu leurs terres coupées en deux et qui luttent administrativement pour avoir les laissé-passé leur permettant d’aller… chez eux.

Sophie Lebrun
Crédits photos: © Gaël Kerbaol/Secours Catholique
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème