Roms : du bidonville à l'appartement

Roms : du bidonville à l'appartement

Publié le 21/01/2016
Marseille
 

À Marseille, le Secours Catholique agit main dans la main avec l’ACSC, l’Association des Cités du Secours Catholique, pour reloger 13 familles roms en appartement. Celles-ci vivaient dans des bidonvilles avant d’en être expulsées durant l’été 2014. Entre-temps, elles ont été hébergées dans des paroisses.

Quartier Saint-Pierre à Marseille. Dans une maison paroissiale, Firuta montre fièrement la pièce qu’elle a aménagée pour dormir avec son mari et leurs trois enfants. Elle a peint les murs en bleu et rose et trouvé des meubles et des tableaux pour la décoration.

Le bâtiment a été mis à disposition par la paroisse, le temps que les Roms soient relogés en appartement. « C’est une mise à l’abri temporaire », explique Eva Schummer, animatrice pour le Secours Catholique en charge du projet “Sortie de bidonvilles”.

L’équipe marseillaise réfléchit depuis début 2014 avec l’ACSC, l’Association des Cités du Secours Catholique, à ce projet de relogement de 13 familles roms qui vivaient jusqu’ici en bidonville. L’expulsion du squat par les forces de l’ordre en juillet 2014 a précipité les choses.

Le diocèse s’est mobilisé et les familles ont été réparties entre plusieurs lieux d’accueil temporaire à Marseille. « L’origine du projet, c’était de sortir ces familles d’un endroit précaire qui les mettait en danger », explique Agathe, bénévole.

Et pour cause, le campement prenait l’eau, les déchets s’accumulaient et les enfants tombaient malades. « Le bidonville, c’était la misère, les rats. On avait construit des abris en bois, on était serré, il faisait froid », raconte Persida, maman de cinq enfants. « Quand on aura un appartement, déclare son mari, Aristotel, je pourrai chercher un travail. C’est plus simple de s’intégrer avec un logement et un emploi. ».

Dans la pièce voisine, Corinna, 13 ans, a hâte de vivre en appartement : « Je pourrai inviter mes copines de l’école pour faire nos devoirs. Ce sera plus grand et moins bruyant qu’ici. »

 
Roms : du bidonville à l'appartement
Corinna raconte la vie en bidonville
 

Avoir un chez-soi

Depuis début 2015, environ la moitié des familles ont été relogées. Le projet se veut participatif : le Secours Catholique et l’ACSC sont partis des attentes des familles roms.

« C’est violent d’être en appartement quand on vient d’un bidonville », témoigne Anne Gleyze, éducatrice spécialisée de l’ACSC. « Il faut accompagner ces familles sur la durée. Par exemple, on les sensibilise à ne pas mettre le chauffage trop fort et à ne pas faire trop de bruit. »

L’ACSC prend en charge la gestion locative et l’accompagnement social des familles, comme l’ouverture des droits, tandis que le Secours Catholique propose des cours de français, un accompagnement médical et vers l’emploi, sans oublier les sorties ou les goûters. Les appartements sont en fait loués par l’ASCC, qui paie l’intégralité du loyer et fait signer un contrat d’hébergement renouvelable aux ménages.

En contrepartie, ceux-ci s’acquittent d’un loyer symbolique selon leurs revenus (entre 30 et 100 euros), scolarisent leurs enfants et suivent les cours de français dispensés par le Secours Catholique. « L’objectif est qu’ils soient autonomes le plus rapidement possible », explique Eva Schummer du Secours Catholique. « On mise pour cela sur l’apprentissage de la langue. Le français, c’est la clé pour accéder à un emploi. Et sans emploi, pas de revenus et pas d’appartement en location. »

« Ils ont besoin d’être soutenus et rassurés », complète Agathe, bénévole. « Par exemple, ils ont peur de vivre dans un quartier qu’ils ne connaissent pas, loin des membres de leur famille. »

 

Reloger les Roms à Marseille

Reloger les Roms à Marseille

En images : reloger des familles roms à Marseille

 

C’était le cas de Marius et Lamuita, jeunes parents de deux enfants. Ils ont emménagé dans un appartement loué par l’ACSC en janvier 2015, dans un quartier nord de Marseille. Cela a été dur au début, mais ils ont réussi à prendre leurs marques.

Leur petit Samuel, 6 ans, va à l’école. Marius et Lamuita ont déniché plusieurs meubles dans des décharges ou encore chez Emmaüs. Ils ont mis des rideaux aux fenêtres et des tapis sur le sol.

« Ici, la température est bonne, il y a une douche, c’est propre, on est en sécurité. Les voisins sont gentils. C’est chez nous », témoigne Marius. Anne Gleyze se félicite : « Ils connaissent maintenant leur adresse, c’est un grand progrès. En général, les familles prennent soin de leur appartement. Elles l’investissent et en sont fières. »

Aujourd’hui, Marius continue de faire les poubelles ou la ferraille, qu’il stocke dans un local de la paroisse Saint-Calixte. À terme, l’idée est bien de l’aider à trouver un emploi.

Le relogement est une étape nécessaire, explique Anne Gleyze : « Avoir un appartement permet de poser les familles. Elles se sentent en sécurité et peuvent ainsi se projeter dans l’avenir. La stabilisation en appartement permet de gagner en stabilité dans la société. »

Cécile Leclerc-Laurent
Crédits photos : ©Steven Wassenaar/Secours Catholique
Logement
Plus d'informations
Sans-abri et mal logés
# sur le même thème