Roms : le collectif Romeurope reçu à Matignon

Publié le 22/08/2012
France
 

Après un entretien avec Jean-Marc Ayrault, mercredi 22 août, le Collectif Romeurope, dont est membre le Secours Catholique, s’est dit satisfait de la volonté politique d’intégrer les Roms mais restera vigilant sur les mesures prises.

Le Collectif Romeurope a été reçu, le 22 août, par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Une réunion interministérielle suivait cet entretien afin de prendre des mesures visant à favoriser l’insertion des Roms. « Après un été qui s’est inscrit dans la continuité des politiques répressives inefficaces de ces dernières années, le Collectif Romeurope se réjouit d’avoir été reçu par le Premier Ministre », a commenté Malik Salemkour, le porte-parole du collectif, estimant que la réunion traduisait la volonté d’une gestion de la situation des Roms qui ne relève plus seulement du Ministère de l’Intérieur mais qui soit transversale.

Faciliter l’accès à l’emploi

« Cette réunion a été l’occasion de réaffirmer nos positions », ont affirmé les membres du collectif, notamment la levée des mesures transitoires pour faciliter l’accès à l’emploi, la stabilisation de ces populations pour permettre un accompagnement social individualisé, et la scolarisation des enfants qui en sont encore privés. « Nous saluons la volonté de Mr Ayrault de lever les différents obstacles à l’insertion, de considérer les Roms avant tout comme des citoyens européens et de sortir d’une vision ethnique et enfin, de vouloir une gestion des situations par les acteurs locaux », affirme Laurent Giovannoni, responsable du département étrangers au Secours Catholique, reçu à Matignon.

Toutefois, le Premier Ministre a réaffirmé sa volonté de fermer les campements dont les conditions d’hygiène sont catastrophiques. « Nous ne sommes pas contre le démantèlement d’installations, mais cela doit se faire seulement s’il y a des solutions de relogement, ce qui n’a pas été le cas ces derniers mois », commente Laurent Giovannoni.

Des mesures a minima

À la suite de la réunion interministérielle, le gouvernement a annoncé deux mesures visant à assouplir les contraintes pesant sur l’accès au travail des Roms : supprimer la taxe due par leurs employeurs à l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) et élargir les métiers auxquels ils peuvent avoir accès. « C’est un premier pas mais c’est en deçà de ce que l’on pouvait espérer, commente Laurent Giovannoni. Ces mesures ne supprimeront pas pour autant les obstacles à l’accès au travail des Roms, l’une des clés de l’insertion. » Les ressortissants Roumains et Bulgares vivant en France font l’objet de mesures transitoires qui limitent leur accès à l’emploi. Ces mesures doivent être levées au 31 décembre 2013.

Le Collectif Romeurope poursuivra le dialogue avec le Premier ministre et restera vigilant sur la traduction concrète sur le terrain des mesures prises par le gouvernement.

 

Clémence Richard
©PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/RICHARD DE HULLESSEN/MAXPPP
Deux femmes discutent
Plus d'informations
Migrants
# sur le même thème