Sécurité alimentaire : le rapport de Caritas Europa

Publié le 15/04/2014
Europe
 

Apportant sa contribution à la campagne internationale de lutte contre la faim initiée par Caritas Internationalis, Caritas Europa déploie, dans un rapport à destination des décideurs européens, un plaidoyer pour que l’Europe fasse de l’accès à  l’alimentation et de la souveraineté alimentaire, un droit.

S’inscrivant dans le sillage de la campagne de lutte contre la faim que le réseau mondial Caritas vient de lancer pour les deux années à venir, le rapport de Caritas Europa invite l’Union européenne à reconnaître le droit de tout être humain à pouvoir se nourrir sainement, partout dans le monde.

Le rapport vise les responsables politiques européens. Ses recommandations et ses conclusions – qui s’appuient concrètement sur les expériences de terrain, les études et les programmes des Caritas – s’adressent aux instances européennes en vue d’influencer leur politique de sécurité alimentaire.

Reconnaitre le droit à l’alimentation

Caritas avance l’idée d’installer le droit à l’alimentation dans le paysage juridique international. Le rapport de Caritas Europa va même plus loin. Il en appelle au concept de souveraineté alimentaire, telle que définie par l’International Assessment of agricultural science and technology for development (IAASTD) : « La souveraineté alimentaire est le droit des peuples et des États souverains à déterminer démocratiquement leurs propres politiques agricoles et alimentaires. »

La souveraineté alimentaire place ceux qui produisent, distribuent et consomment de la nourriture au cœur des systèmes et des politiques alimentaires. Elle défend et inclut dans ces politiques les intérêts des futures générations. Dans ce contexte, les échanges sont transparents, garantissent un revenu juste à ceux qui produisent, et les consommateurs ont le droit et le pouvoir de contrôler ce qu’ils mangent.

Recommandations

Parmi les recommandations à l’Union européenne et aux États-membres, en voici les trois principales :
- le droit à l’alimentation doit guider toutes les politiques européennes ayant un impact sur l’agriculture et la sécurité alimentaire ;
- l’Union européenne et les États-membres doivent tout mettre en œuvre pour abolir la faim dans le monde ;
- les politiques européennes doivent cibler les activités durables des petites exploitations. Aucune aide ne devrait être accordée aux productions énergivores ni à celles qui dégradent l’écosystème.

Le rapport est présenté le quinze avril au Parlement européen.

Jacques Duffaut
Crédits photos: © Elodie Perriot/Secours Catholique
Homme levant les bras
Plus d'informations
Droits humains
# sur le même thème