Addis-Abeba : une conférence pour mieux financer le développement

Publié le 01/07/2015
 

La Conférence internationale d’Addis-Abeba qui se tient du 13 au 16 juillet devrait redéfinir la manière de financer le développement. Explications de Grégoire Niaudet, chargé de projets au pôle Plaidoyer international au Secours Catholique - Caritas France.

Grégoire Niaudet, chargé de projets au pôle Plaidoyer International au Secours Catholique-Caritas France, explique les raisons et les enjeux de la Conférence internationale d’Addis-Abeba en Éthiopie.

Le premier est de trouver des financements pour les 17 objectifs de développement durable (ODD) que les Nations unies sont en train de fixer pour 2015-2030 et qui doivent être adoptés en septembre à New York. Avec l’ambition d’éradiquer d’ici à 2030 la pauvreté et la faim dans le monde, tout en maîtrisant le changement climatique.

 

Le financement du développement doit s’entendre par les moyens et les mécanismes qui permettent de financer les politiques de développement, notamment celles des pays les plus pauvres de la planète.

 

Mais doit-on parler des problèmes de développement des pays pauvres sans que ces pays pauvres participent aux débats ?

Un accord devrait clore la Conférence d’Addis-Abeba. Grégoire Niaudet fait le lien entre cet accord sur le financement du développement et le succès des deux prochaines conférences, notamment celle qui se tiendra à Paris en décembre prochain et qui porte sur l’environnement mondial.

Jacques Duffaut
La Délégation de Lille revendique les droits des plus fragiles
Plus d'informations
Prises de position et expertises
# sur le même thème