Bernard Baudry, soutien pugnace des plus fragiles

Publié le 02/01/2019
Paris
Bernard Baudry, soutien pugnace des plus fragiles
 

Ancien ingénieur aéronautique, Bernard Baudry est bénévole en charge des questions de logement au Secours Catholique. Engagé au service des plus fragiles, il porte leur parole au sein de l’Église et dans la société.

« J’aime faire voler les avions, annonce d’emblée Bernard Baudry quand on l’interroge sur son ancien métier. Ça ne ment pas : on ne peut pas dire que l’avion a décollé alors qu’il est encore au bout de la piste… »

Ce sens de l’action et du résultat, cet ancien ingénieur aéronautique le met au service du Secours Catholique depuis douze ans. Sa rencontre avec l’association s’est faite un jour d’août 2006 : « J’étais en route vers le Tarn avec ma femme quand j’ai entendu à la radio qu’une évacuation était en cours à Cachan. Pris d’une impulsion, j’ai dit : “Il faut que j’y aille.” »

Ni une ni deux, les vacances sont reportées, et voilà que Bernard et sa femme Simone débarquent en pleine expulsion du « squat des mille ». L’agitation est à son paroxysme, le couple met la main à la pâte pour aider les associations débordées.
 

Aller vers le haut pour plaider les causes, et vers le bas pour ne pas perdre le contact avec les vraies gens.

Bernard Baudry.

Une immersion dont Bernard Baudry ressort convaincu de la nécessité de se battre pour un droit au logement effectif. À la faveur d’une rencontre avec un délégué du Secours Catholique, il décide donc de s’investir sur le sujet, d’abord dans son département du Val-de-Marne (94) puis, en parallèle, au niveau national (il est aujourd’hui représentant de l’association au comité de suivi national du Droit au logement opposable). 

Être au contact des plus fragiles tout en portant leur voix au plus haut niveau : tel est le credo de Bernard Baudry. « Dans tous mes mandats, je me suis nourri de cette tension : aller vers le haut pour plaider les causes, et vers le bas pour ne pas perdre le contact avec les vraies gens », explique l’ancien ingénieur, avant d’ajouter avec un clin d’œil : « Les avions, de temps en temps, ils doivent atterrir pour se ravitailler. » 

« Le projet de ma vie »

À Limeil-Brévannes (94), Bernard Baudry s’est investi sans compter, avec le Secours Catholique local, pour faire ouvrir un centre d’hébergement d’urgence pour les mères célibataires. « C’est le projet de ma vie ! lâche-t-il. Pas parce que ma vie se résume à ça, mais parce que c’est tellement dur qu’on ne peut pas imaginer en faire deux comme ça dans sa vie. »

Tout est parti d’un constat de terrain : « Ce dont je me suis aperçu dans ma permanence, c’est que l’urgence numéro 1 était de loger les femmes seules avec enfants. » 

Pour monter cet ambitieux projet, dix années de travail acharné ont été nécessaires. Opposition des riverains, blocages politiques, défis techniques… « On a eu toutes les merdes ! », lâche-t-il avec sa gouaille habituelle.

À force de pugnacité et grâce à « un soutien sans faille du siège du Secours Catholique », le projet vient de prendre vie avec, au mois de novembre, l’arrivée des premières familles. Au total, ce sont 80 personnes qui seront accueillies et bénéficieront d’un accompagnement social global. 

« Ça, ce n’est pas possible »

Ce souci des plus fragiles ne date pas d’hier. Avec sa femme, rencontrée à l’adolescence et avec laquelle il confie être « sur le mode fusionnel », ils s’investissent depuis plus de trente ans au sein des passionistes, « une congrégation engagée partout où il y a de grandes souffrances, des prisonniers aux migrants ».

Leur philosophie : professer la Passion et la Résurrection. « Cela signifie qu’on doit être les derniers à abandonner. Je me rappelle en délégation être parti pour pleurer parce que je venais de dire à quelqu’un qui avait mis deux ans à arriver jusqu’en France : “Tu as la prime de 3 000 euros pour rentrer en Afrique, il n’y a pas d’autre solution.” Ça, ce n’est pas possible. »
 

Je ne me pose qu’une question : si tu avais traversé ça, dans quel état serais-tu ?

Bernard Baudry.

Aider les « tout-petits » est au cœur de la vie de couple de Bernard et Simone. « On a fait une grande maison pour pouvoir accueillir des gens. Certains sont dans des situations ubuesques : une femme française enceinte de neuf mois à la rue, un Érythréen cassé, vendu deux fois… Je ne me pose qu’une question : si tu avais traversé ça, dans quel état serais-tu ? »

« Homélies gants de boxe » 

En 2013, Bernard et sa femme ont vécu l’un des moments les plus forts de leur engagement commun lorsqu’ils ont été nommés ensemble sur le rassemblement Diaconia.

« C’était merveilleux, se souvient Bernard. On a amené 300 personnes à Lourdes pour entendre et faire entendre leur parole. Peu à peu, on fait entrer dans l’Église l’idée que la parole du pauvre est importante. »

Autant dire qu’il se réjouit de la « décision historique » du Secours Catholique d’inclure à terme dans ses instances de gouvernance un tiers de personnes en situation de précarité.
 

Peu à peu, on fait entrer dans l’Église l’idée que la parole du pauvre est importante.

Bernard Baudry.

Pour autant, Bernard Baudry ne se fait pas d’illusions : le chemin vers une fraternité inconditionnelle est encore long. Ordonné diacre dans le Val-de-Marne il y a cinq ans, il s’efforce au quotidien d’ouvrir le cœur des paroissiens à toutes les misères.

Un campement de Roms crée le malaise ? Ce passionné se lance dans ce qu’il appelle une « homélie gants de boxe » : « Vous allez faire une très belle intention de prière universelle, mais c’est pour votre salut qu’il faut prier, pour que vous alliez aider les Roms aux portes de chez vous. »

Ce jour-là, à la sortie de l’église, certaines mains se sont faites fuyantes. Mais son sermon a marqué plus d’un esprit : une association d’aide aux Roms s’est créée peu après. 

Une belle victoire de plus à son actif. Et Bernard Baudry de conclure : « En visitant toutes ces pauvretés, c’est sans doute un peu de sa propre pauvreté intérieure qu’on éclaire. »

Marina Bellot
Crédits photos : © Gaël Kerbaol / Secours Catholique
Logement
Plus d'informations
Sans-abri et mal logés
# sur le même thème