Bolivie : 54 petits projets soutenus en 2011

Publié le 05/09/2012
Bolivie
Bolivie : 54 petits projets soutenus en 2011
 

La pauvreté en Bolivie n’épargne pas plus les campagnes que les villes. Pour tenter d’y remédier, un collectif bolivien, l’Union d’institutions pour le travail d’action sociale (Unitas), rassemble 43 organisations sociales ou petites ONG dont il finance les projets et favorise le travail en commun.

Organisations paysannes, jeunes, femmes, associations de quartiers, petits producteurs et ONG de taille modeste soumettent à Unitas des projets à financer par le biais d’un « Fonds de soutien aux petits projets » (FPP), un fonds alimenté essentiellement par la coopération nationale et internationale. Sur les 125 projets présentés en 2011, le FPP en a présélectionné 91 et 54 ont été approuvés.

Ces projets concernent plusieurs domaines, comme les services de base : l’eau (4 projets), l’éducation (1), la santé (2), les transports (3), la sécurité alimentaire (2). Vingt et un projets concernent l’économie – sept sont relatifs à la production, à la transformation et à la commercialisation de produits et treize portent sur la création de mini-infrastructures productives. Quinze d’entre eux tendent à renforcer le tissu associatif en stimulant la participation citoyenne et les actions de plaidoyer.

« Un fonds bien structuré et bien administré »

Parmi les initiatives retenues, il est à remarquer un projet de construction de cuisines en terre qui a bénéficié à près d’un millier de personnes. Les cuisines traditionnelles sont très consommatrices en bois de chauffage et dangereuses pour la santé, notamment pour la santé des enfants. « Avant, il y avait de la fumée dans la maison. Maintenant, les nouvelles cuisines bâties avec de la paille et de l’adobe (brique séchée au soleil), évitent la fumée et les maladies », explique Alejandro Mayta, un participant à ce projet de construction. D’autres bénéficiaires constatent avec satisfaction que cette nouvelle façon de cuisiner permet d’économiser le bois et de cuire plus rapidement les aliments.

Certains projets sont entièrement menés par des femmes qui se regroupent pour cultiver certaines plantes potagères, utiliser des ressources naturelles ou consolider une production artisanale. Réunies, ces femmes reconnaissent qu’elles obtiennent davantage de soutien. Ensemble, elles n’hésitent pas à exprimer leurs besoins d’être mieux formées ou mieux outillées.

« Le fonds de soutien aux petits projets est bien structuré et bien administré », affirme Ann Chaplin. Cette consultante indépendante a mené une évaluation du Fonds sur la période 2008-2010. « C’est un fonds décentralisé, aux coûts modérés et à large couverture. Les résultats sont très intéressants pour les bénéficiaires. »

Les 54 projets de 2011, qui ont bénéficié à 32 000 personnes, ont coûté 163 650 euros. Sur cette somme, le Secours Catholique a versé 70 000 euros et, en 2012, il a versé 60 000 euros.

crédit : Patrick Delapierre/Secours Catholique
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème