Caritas Mali appelle à un soutien pour la population

Publié le 18/01/2013
Mali
 

Mgr Jean Zerbo, président de Caritas Mali, demande la mise en place d’un corridor humanitaire pour les habitants de son pays.

« Une nouvelle période de souffrance s’ouvre pour la population du Mali. Nous accueillerons toute l’aide qui pourra nous être apportée afin d’aider les déplacés et les réfugiés. » Mgr Jean Zerbo, président de Caritas Mali, association partenaire du Secours Catholique – Caritas France, a ainsi appelé jeudi 17 janvier la communauté internationale à soutenir les Maliens.

Depuis une semaine, le nord du pays est le théâtre de bombardements par les avions militaires français, des frappes effectuées pour combattre des groupes rebelles installés dans cette région. Ces derniers ont été arrêtés alors qu’ils se dirigeaient vers la capitale, Bamako. Des troupes africaines sont attendues dans le pays pour venir en renfort des soldats français, qui mènent actuellement une offensive terrestre.

La population, déjà éprouvée par une crise alimentaire, essaie de fuir les combats. Les affrontements ont contraint le bureau de la Caritas, à Mopti, dans le Nord, à fermer ses portes. « Les gens vont avoir besoin de nourriture, d’eau potable et de kits d’hygiène pour survivre alors que la situation empire », a ajouté Mgr Zerbo.

Si certains Maliens se sont réfugiés au Niger, au Burkina Faso et en Mauritanie, la majorité est allée au sud du Mali, chez des amis ou des membres de leur famille. Selon l’ONU, près de 30 000 personnes ont abandonné leurs maisons ces derniers jours. Ces réfugiés viennent s’ajouter aux quelque 400 000 Maliens qui avaient, ces derniers mois, fui face aux divers groupes rebelles.

Helen Blakesley, chargée de mission pour le centre et l’ouest de l’Afrique auprès de Catholic Relief Services (Caritas Etats-Unis), avait rencontré certaines de ces familles en novembre dernier : « Je suis allée rendre visite à la famille Touré, dans la ville de Segou, [entre Mopti et Bamako, au centre du pays]. Ils étaient déjà 24 et ils venaient d’accueillir 32 membres de leur famille qui étaient partis du Nord. Mais certains ont trouvé d’autres solutions de logement ou sont partis ailleurs. » Quand Helen Blakesley est arrivée, ils étaient « 14 personnes partageant un salon, deux chambres et une salle de bain ».

 

Sophie Lebrun
© Helen Blakesley/Catholic relief services - Caritas Etats-Unis
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème