Centrafrique : un combat pour la paix

Publié le 18/07/2014
Centrafrique
Centrafrique : un combat pour la paix
 

Un sommet pour la paix se tiendra à Brazzaville (Congo) du 21 au 23 juillet dans l’espoir de résoudre la crise centrafricaine. Alors que les leaders politiques et religieux ont estimé non « judicieux » de traiter de la crise centrafricaine hors du pays, Mgr Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui et président de Caritas Centrafrique, a appelé, lui, à y participer.

« Je souhaite la participation et l’engagement de l’ensemble de la communauté centrafricaine en vue d’un retour rapide de la paix en Centrafrique. Ce forum est une chance offerte à tous les belligérants de discuter franchement sur un terrain neutre », a-t-il déclaré à l’agence de presse Les dépêches de Brazzaville, lors d’une visite aux réfugiés centrafricains vivant à Brazzaville, alors qu’il participait à l’assemblée plénière de l’Association des conférences épiscopales de la région Afrique centrale (ACEAC).

« Je pense à tous ces malades qui n’ont plus de médicaments, à tous ces gens qui errent dans la brousse, à tous ces enfants qui ne vont plus à l’école. Pour ceux-là, nous devons faire des concessions, engager de vraies négociations, non seulement pour nous libérer mais aussi pour libérer nos frères et leur donner la possibilité de goûter à la paix et d’être heureux en terre centrafricaine », a-t-il ajouté au micro de Radio Vatican.

« Les villageois ont été pillés jusqu’au dernier grain »

« La Centrafrique est un pays où tout est à reconstruire », affirme Sébastien Dechamps, responsable du pôle Urgences internationales au Secours Catholique, qui s’est rendu à Bangui, la capitale, au début de juillet. « La communauté internationale aimerait voir des élections se tenir en 2015 mais ce n’est pas réaliste. Les gens n’habitent plus sur leur lieu de vote et beaucoup ont perdu leurs papiers dans les pillages ou les incendies de leur maison, témoigne le responsable Urgences. Par ailleurs, dans les villages, les récoltes ont été pillées jusqu’au dernier grain et leurs outils de travail réquisitionnés. Dans le meilleur des cas, il ne leur reste que leurs terrains. Mais que peuvent-ils en faire s’ils n’ont pas la sécurité nécessaire pour les cultiver ? La population centrafricaine va continuer à dépendre de l’aide alimentaire pendant encore de nombreux mois », assure-t-il. Ne serait-ce que pour les personnes déplacées, au nombre de 535 000 à la mi-juillet.

Présents auprès de la population depuis mars 2013, les membres de la Caritas centrafricaine, soutenus par le réseau Caritas dont le Secours Catholique, tentent de répondre à ces besoins avec le peu de moyens qu’il leur reste, certaines Caritas diocésaines ayant été, elles-mêmes, pillées. Ils fournissent aux communautés villageoises et aux déplacés de la nourriture, des kits d’hygiène, des semences et des outils agricoles à Bangui, Bossangoa et Bambari. Des centres de santé devraient être réhabilités au cours de l’été pour permettre de fournir à la population les médicaments nécessaires à sa survie.

Clémence Véran-Richard


Pour aller plus loin

Retrouvez notre dernier dossier web complet sur la situation en Centrafrique avec, entre autres :

- Un portrait de Mgr Nzapalainga
- La mobilisation des Caritas auprès des Centrafricains
- Un diaporama : au cœur de la Centrafrique
- Un retour sur les racines du conflit

© Arie Kievit/Cordaid
Homme levant les bras
Plus d'informations
Droits humains
# sur le même thème