Climat : les changements climatiques, menaces pour la paix

Publié le 31/03/2015
Climat : les changements climatiques, menaces pour la paix
 

Pax Christi a organisé le 21 mars dernier un colloque sur les conséquences du changement climatique sur la paix au cours duquel sont intervenus Sébastien Deschamps, responsable du pôle Urgences internationales et Jean Vettraino, chargé de plaidoyer Droit à l’alimentation au Secours Catholique-Caritas France. Mgr Marc Stenger, président de Pax Christi revient sur ce phénomène générateur de violences.

Pourquoi, selon vous, le changement climatique menace la paix ?

Le réchauffement climatique a des conséquences désastreuses sur les populations, et notamment le déplacement de nombreuses personnes. Or dès lors qu’il y a des réfugiés, cela pose la question de l’accueil, du partage des ressources et de la solidarité. Et suscite des violences.

Dernièrement, des habitants des îles Kiribati, dans l’océan Pacifique, ayant migré en Nouvelle Zélande, ont fait une demande de reconnaissance de statut de réfugiés climatiques invoquant la montée des eaux menaçant leur habitat. Ces îles comptent 100 000 habitants, autant de personnes qui pourraient devenir réfugiés climatiques. Cette demande n’a pas été jugée recevable. Ces personnes sont contraintes de se déplacer en raison du changement climatique et se voient par ailleurs refuser le statut de victime de ce réchauffement. Il s’agit bien là de violences qui leur sont faites.« Les problèmes liés à l’environnement sont générateurs de violences »

Pourquoi Pax Christi souhaite mobiliser les Chrétiens sur ce sujet ?

Pax Christi a toujours considéré dans sa mission les problèmes liés à l’environnement. Ce sont des combats à mener car ils sont générateurs de violences. Nous invitons donc les gens à se mobiliser pour créer les conditions de la paix.

Quelles pistes d’action proposez-vous pour préserver la paix du changement climatique ?

Il faut s’emparer de l’événement qu’est la conférence des Nations unies sur le climat (COP21) qui aura lieu en décembre à Paris et s’y préparer. Nous devons faire pression sur les gouvernements pour qu’ils signent un accord ambitieux.

Nous préconisons un changement de mode de vie. C’est à dire qu’il faut consommer autrement et faire prévaloir les besoins sur les désirs, et non l’inverse. Les autres dispositions à prendre d’urgence sont la solidarité, le partage et la justice.

Clémence Véran-Richard
Crédits photos : © Gaël Kerbaol / Secours Catholique-Caritas France
La Délégation de Lille revendique les droits des plus fragiles
Plus d'informations
Prises de position et expertises
# sur le même thème