Diaconia : le grain de sel de l’Église pour transformer la société

Publié le 20/09/2012
France
 

Le 19 septembre, la Conférence des évêques de France a accueilli les « co-constructeurs » de la démarche Diaconia 2013 pour faire un point d’étape avant le grand rassemblement de Lourdes des 9, 10 et 11 mai prochains.

Mercredi 19 septembre, dans l’auditorium de la Conférence des évêques de France, Geneviève Gimelle, membre du groupe « Place et parole des pauvres », témoigne face à des journalistes : « Pour une fois, je suis au cœur d’un événement d’Église […]. J’apporte mon grain de sel. Je rencontre des théologiens qui essaient d’être proches, des chefs d’entreprise. Cela élargit mon univers. » En écho, Jean-Paul Redouin, ex-gouverneur de la Banque de France, membre du club Diaconia, résume la leçon principale qu’il retire de ces rencontres « improbables » entre ce groupe et des dirigeants : « Pour mieux aider, c’est bien de faire un petit bout de chemin ensemble, il faut toujours oser créer un lien avant d’apporter une solution. »

Le bateau amiral

Cette ouverture et ce changement de regard, la démarche lancée en 2011, qui fait l’objet de ce point d’étape, y invite toutes les communautés chrétiennes. Avec son humour et son sens de l’image coutumiers, Mgr Bernard Housset, évêque de La Rochelle et Saintes, accompagnateur de l’événement, explique que « beaucoup de petits bateaux s’occupent de solidarité et d’accueil alors qu’il faudrait que ce soit davantage le bateau amiral » (traduire l’Église).

C’est le premier objectif de Diaconia-servons la fraternité : que les personnes en situation de fragilité soient davantage « au cœur des communautés et pas en périphérie ». Le deuxième est de rappeler que la foi agit par la charité (en toute logique, cette conférence de presse succédait à une autre sur l’Année de la foi). La visée n° 3 est de montrer combien l’Église « se sent concernée par la transformation sociale ».

Fragilités et merveilles

Avec sa casquette de président du Comité de pilotage, François Soulage, président national du Secours Catholique, évoque l’impressionnante collecte des livres des Fragilités et des Merveilles dans les paroisses de France, mine de révélations sur quantité de pauvretés et manne pour des célébrations « appuyées sur ce contenu ». Le président du Comité de pilotage commente également les propositions de forums sur des sujets sociétaux (migrants, prison, insertion, logement…) pour la rencontre nationale de mai 2013 (propositions auxquelles s’ajoutent les 100 000 défis de fraternité et les 1 000 idées pour l’avenir des jeunes) : « Les chrétiens sont déjà sur le terrain et ont envie de montrer ce qu’ils font. » Déjà 10 000 inscrits (de quasi tous les diocèses et de plus de 100 mouvements) à ce rassemblement co-participatif et éco-responsable !

 

Chantal Joly
crédit : J.M. Merlin/CEF
Procession de Lourdes
Plus d'informations
Spiritualité
# sur le même thème