Diaconia : voir les merveilles derrière les fragilités

Publié le 15/08/2012
Lourdes
 

L’avant dernière journée du pèlerinage national de Lourdes, mardi 14 août, avait pour thème “Se laisser transformer”. Témoignages.

« On est en train d’écrire des merveilles ». Ce mardi 14 août, l’affirmation du directeur de la Cité Saint Pierre, Jean-Claude Lebrun, lors du spectacle de danse-voltige de la veille au soir se vérifie à tous les coins des tentes du Village de la Rencontre.

« Un regard doux qui passe sur toi sans s’arrêter pour te juger, pas comme en ville, et l’écrin de la nature » ; ce sont les merveilles vécues à Lourdes par Philippe, 37 ans, standardiste bénévole depuis dix ans au Secours Catholique de Vannes. Lui qui est venu une première fois en tant que blessé de la vie (à la suite d’un très grave accident de voiture) avec un accompagnateur, une deuxième fois dans la situation inversée, savoure ce « mélange de gens qui en dehors de ce lieu ne se seraient pas rencontrés. Un lieu où on apprend à voir les gens derrière leurs carapaces ».

Foi et espérance

Parmi ces compagnons de route et de pèlerinage Arnaud, son délégué diocésain, ainsi que deux communautés chrétiennes bretonnes d’accueil des plus vulnérables, la Source et le Village St Joseph. « Quand on voit la spontanéité de ces personnes pour s’exprimer sur la foi et l’espérance, on sent à quel point cela les a transformés. C’est bien plus qu’une simple béquille morale  ». Voilà la merveille qu’Arnaud vit dans son Groupe de Partage de la Parole de Dieu, démarré en septembre 2011 et qu’il retrouve ici décuplée, démultipliée et surtout révélée au grand jour. « C’est la chance, commente-t-il de faire partie d’un réseau qui aide localement à oser davantage ».

« Si vous avez l’amour, vous avez tout »

« Je suis venu lourd d’un fardeau et je ne suis plus le même, je suis bien  ». C’était la merveille post petit-déjeuner partagée par Henri, originaire du Nigéria, lors d’un petit échange à l’hôtel où sont hébergés 50 Marseillais, 38 venus avec le Secours Catholique, 12 avec l’association Zébédée. Dans ce groupe arc en ciel qui concentre les trésors et les détresses du monde entier, René, 61 ans, du Vietnam, qui subit depuis plusieurs années le drame du chômage, s’est rendu l’après-midi dans la tente où s’écrit au jour le jour le livre des Merveilles et les Fragilités de la démarche Diaconia "Servir la Fraternité". Avec une jeune religieuse, il a échangé sur cette suprême merveille : « Si vous avez l’amour, vous avez tout ».

Au même moment, à quelques mètres, Alexandre, animateur du réseau, entraîne, guitare en main, une petite foule à entamer des chants de louange juste à côté des photos de ses frères marcheurs de la route de Compostelle. La merveille dont lui peut témoigner, c’est qu’ « un projet (ndlr : et il n’en manque pas, en particulier celui de la Caravane de la Fraternité), c’est un visage ». En cette journée du Pèlerinage National dont le thème était "Se laisser transformer", impossible de mesurer combien de centaines de rencontres ont permis ce changement de regard sur les plus en difficulté.

 

Chantal Joly
Procession de Lourdes
Plus d'informations
Spiritualité
# sur le même thème