EGC de Strasbourg : des débats « insolents »

Publié le 12/10/2012
Strasbourg
 

Des dizaines de rencontres devant des centaines de participants ont lieu ce week-end à Strasbourg, aux États généraux du christianisme (EGC). Partout dans la ville, de la cathédrale à la faculté de médecine et à la place Kleber, résonnent les « débats insolents » organisés par le magazine La Vie.

« Que croire ? Qui croire ? » Le thème de la 3e édition des États généraux du christianisme qui se tient à Strasbourg jusqu’au dimanche 14 octobre 2012 incite à se poser les bonnes questions et à aller sans relâche chercher les bonnes réponses. Et vu la profondeur des interrogations, ce n’est pas une réponse, ni cinq ou même dix, mais des centaines de visions différentes et enrichissantes de la vie, des centaines de façons d’exprimer sa foi qui sont proposées, argumentées et partagées.

Ici, même le choix de la ville de Strasbourg fait sens. C’est la région où toutes les religions, catholique et protestante, juive et musulmane, s’exercent sous le régime concordataire et où l’État finance le culte et ses ministres. Cette exception alsacienne-lorraine est propice au « bien vivre ensemble ». Symbole fort, la porte qui séparait en deux l’église et le temple de Saint-Pierre-le-Vieux a été rouverte officiellement samedi matin, en guise de nouveau repère pour les communautés catholique et protestante qui se partagent le lieu depuis 330 ans.

Justement, en passant de l’adolescence à l’âge adulte, à l’âge où l’on se pose la question « que vais-je faire de ma vie ? », beaucoup de jeunes éprouvent le besoin de repères. Le champion du monde de football, Lilian Thuram, est venu apporter sa réponse à cette question à près de 700 étudiants de l’enseignement catholique. Sa carrière de défenseur à la Juventus de Turin brièvement évoquée, celui qui est devenu un militant de la cause antiraciste, a donné le tempo en toute humilité : « Personne ne se fait tout seul. La vie est une suite de rencontres et la réussite est une somme de beaucoup de travail où le hasard tient une faible part. » Son message aux jeunes est : « Ayez des rêves immenses, mais travaillez dur et allez voir, sans préjugés, ceux qui ont de l’expérience. Il y a toujours des gens pour vous tendre la main, mais encore faut-il être demandeur… » Croyez en l’autre, en quelque sorte.

Sans pouvoir répondre à toutes les angoisses du monde, à toutes les problématiques soulevées par le chômage, la misère en hausse ou l’économie, cette première journée des États généraux du christianisme a cependant réussi à conjuguer pluralisme, rigueur et convictions autour de personnalités exceptionnelles et sincères.

Les débats se poursuivent tout le week-end. Ils sont ouverts à tous gratuitement et sur simple inscription.

 

Guillaume de Morant
crédit : Guillaume de Morant/Secours Catholique
Procession de Lourdes
Plus d'informations
Spiritualité
# sur le même thème