Électricité : Linky fait des étincelles

Publié le 19/01/2012
Électricité : Linky fait des étincelles
 

Un arrêté paru au Journal officiel du 10 janvier précise les fonctions du compteur d’électricité à distance Linky. L’arrêté fait suite à la décision de généraliser l’appareil, prise en septembre par le gouvernement, après moult hésitations. Le Secours Catholique a testé Linky.

Linky permet au fournisseur d’électricité de relever la consommation de l’abonné sans se déplacer. Une importante source d’économies qui compense le coût de l’appareil : 120 € pose incluse à multiplier par les 35 millions de ces compteurs « intelligents » qui doivent être installés en France entre 2013 et 2020.

Consommations réelles facturées

L’opération serait neutre financièrement pour les consommateurs. Principal avantage attendu pour eux : la facturation de consommations réelles au lieu des factures estimées, régularisées une fois par an. Ces régularisations, souvent à la hausse, pénalisent lourdement les familles modestes, constate le Secours Catholique.

Linky devait aussi permettre aux abonnés de surveiller en permanence leur consommation et donc de l’adapter pour réduire leur facture. Mais cette fonction, qui coûte 50 € par compteur, n’est finalement pas généralisée. Elle est laissée à la seule initiative des fournisseurs d’électricité.

Pas de suivi individuel

L’UFC-Que Choisir s’élève du fait de ce renoncement, contre des appareils « conçus dans l’intérêt exclusif du gestionnaire du réseau et des fournisseurs d’énergie ». D’autant plus que Linky permettra aux sociétés d’électricité de mieux connaître les pics de consommation et d’augmenter leurs tarifs à ces périodes, souligne l’association de consommateurs.

Par ailleurs le doute plane toujours sur les « opérations à distance » telles que « la résolution des coupures accidentelles » vantées par Électricité réseau distribution France (Erdf) : les coupures pour impayés seraient aussi facilitées !

Paris ne veut pas de Linky

La ville de Paris vient d’adopter une motion rejetant Linky pour « absence totale de concertation avec les collectivités locales propriétaires des réseaux ». Cette motion déplore aussi que « les services gratuits proposés par ces compteurs ne permettent pas d’assurer la maîtrise de la demande d’énergie ».

Le test d’une déléguée du Secours Catholique

En Indre-et-Loir, département où Linky est testé depuis plus d’un an, la déléguée du Secours Catholique, Myriam Longomba, approuve au contraire le suivi de consommation permis par les compteurs expérimentaux : « On voit ce que les appareils de la maison consomment en kilowatts et on peut adapter leur utilisation », observe-t-elle. On peut évaluer facilement si la facture annuelle risque de « sortir des clous » en cas de mensualisation, ajoute-t-elle.

Mais elle note aussi un prélèvement effectué sur la foi d’un compteur Linky qui dysfonctionnait ! Le repérage à distance des pannes de compteurs n’est apparemment pas prévu dans les fonctions de Linky.

 

François Tcherkessoff
© PhotoPQR/La Montagne
Logement
Plus d'informations
Sans-abri et mal logés
# sur le même thème