En précarité, ils vont à la rencontre du Pape

Publié le 07/11/2016
Provence-Alpes-Côte-d'Azur
En précarité, ils vont à la rencontre du Pape
 

6000 personnes en situation d’exclusion de toute l’Europe sont attendus à Rome du 11 au 13 novembre, à l’invitation du Pape François. L’événement est baptisé « Fratello ». Des personnes accueillies par le Secours Catholique vont y participer. Début octobre, un groupe de Marseille et Avignon a réalisé un projet similaire en allant, lui aussi, à la rencontre de François.

Du 2 au 6 octobre dernier, une quarantaine de personnes, la plupart en situation de précarité, sont allées à Rome, à la rencontre du Pape François. L’initiative est partie du groupe de marcheurs de l’Espérance de Marseille et Avignon, formé avec les personnes fréquentant les accueils de jour.

 « Chaque année depuis 2011, nous prenons la route de Compostelle, raconte Alexandre Bosc, animateur Réseaux de solidarité au Secours Catholique de Marseille. Nous sommes devenus comme une famille. Un jour, un marcheur a dit : " Ce Pape, il est génial. Et si on allait le rencontrer pour lui dire qu’on l’aime ? " C’est aussi simple que cela. »

En 2015, c’est un autre groupe marseillais d’une quinzaine de personnes vivant pour la plupart à la rue ou en foyer qui a fait le voyage. « Le Pape les a reçus en audience, a signé leur banderole, leur a serré la main, raconte Alexandre Bosc. Ils en parlent encore tant ce moment a été fort ! ».

 

Carré VIP

Cette année, c’est donc au tour des marcheurs de L’Espérance de réaliser leur rêve. Le groupe envoie une lettre au Pape puis invite une vingtaine de personnes en précarité issues des équipes locales à se joindre à leur projet. « Il y avait dans notre groupe des gens dont la démarche était ancienne et d’autres qui ont saisi cette belle occasion de sortir de la région et de découvrir Rome », souligne Alexandre Bosc.

Les marcheurs d’octobre n’ont pu qu’effleurer le Pape. « Nous étions à dix mètres, dans le carré VIP, donc très proches, décrit l’animateur. Le Pape nous a cités dans son message. Il y a néanmoins une petite frustration car nous n’avons pas eu d’instant privilégié avec lui ».
 

C'est un moment que j'attendais depuis
longtemps

Louise

Louise, 65 ans, habitante des quartiers nord de Marseille, a fait partie du voyage. Aide à domicile à temps partiel, elle vit aujourd’hui sur une petite retraite. « J’ai besoin de spiritualité pour affronter le quotidien, témoigne-t-elle. Quand la fumée blanche annonçant le nouveau Pape est apparue, ça a été un éblouissement. Depuis, je voulais le rencontrer ! »

Petite marcheuse, Louise admet qu’elle a arpenté Rome en « gueulant ». « 50 kms en quatre jours, c’était beaucoup pour moi ! Mais je suis une râleuse de nature… », s’amuse-t-elle. Elle se souvient en tout cas de l’émotion qui l’a saisie, place Saint-Pierre. « Dès que j’ai vu le Pape, ça m’a fait des frissons. C’est un moment que j’attendais depuis longtemps ».

Le 11 novembre, Louise repart pour Rome. Elle participe à Fratello, avec l’association marseillaise Zébédée. Elle se réjouit : « Cette fois, je vais pouvoir toucher la main de François ! ».

Clarisse Briot
Crédit photos : @Kim Chabert
Procession de Lourdes
Plus d'informations
Spiritualité
# sur le même thème