Environnement : un archevêque péruvien menacé de mort

Publié le 22/03/2012
Pérou
 

Des associations européennes alertent le président du Congrès du Pérou sur les menaces qui pèsent sur les membres de l’archidiocèse de Huancayo, partenaire du Secours Catholique, à la suite de son opposition à un projet minier.

La Plateforme Europe-Pérou (PEP), dont le Secours Catholique est membre, et la Coopération internationale pour le développement et la solidarité (Cidse) demandent dans une lettre ouverte adressée à Daniel Abugattás Majluf, président du Congrès péruvien, à ce que « le gouvernement offre toutes les garanties à monseigneur Pedro Barreto, archevêque de Huancayo, et à la directrice de Mantaro Revive, projet environnemental de l’archidiocèse ». Ces derniers ont reçu des menaces de mort le 2 mars après s’être opposés à la reconduction d’un projet minier à La Oroya.

« Nous ne pouvons pas nous taire »

Ce projet d’extraction minière et de complexe métallurgique, dirigé par l’entreprise Doe Run Perú, est tenu par la loi de mettre en application le programme d’assainissement et de gestion de l’environnement (PAMA). Or, l’entreprise, qui a déjà reçu deux prorogations du délai pour se conformer aux exigences de ce programme, en a demandé une troisième. « Nous ne pouvons pas nous taire car cette carence représente une offense à la dignité et à la santé des habitants de La Oroya et des travailleurs du complexe métallurgique qui sont contraints de travailler dans des conditions mortelles pour eux », avait dénoncé Mgr Barreto. L’archidiocèse s’est prononcé en faveur de la réactivation du complexe métallurgique, mais seulement après la mise en œuvre du PAMA. « La plus grande menace pour nos vies est de continuer à accepter la pollution de l’air, le plomb dans le sang de nos enfants et savoir que l’avenir ne sera pas le meilleur après une telle contamination », avait alerté Mgr Barreto.

La Plateforme Europe-Pérou et la Cidse (alliance internationale d’agences catholiques de développement) encouragent le gouvernement à « ne pas donner un troisième prolongement des délais du PAMA mais à exiger de Doe Run qu’elle se conforme immédiatement au programme. »

Le secteur minier péruvien, manne et poudrière

Le Pérou est le 5e producteur mondial d’or. La manne minière représente 60 % de ses exportations et, selon des chiffres récents, les investissements miniers ont connu en 2011 un bond record de + 77 % sur un an. Toutefois, conscient de la catastrophe écologique que provoque l’extraction de minerais, le gouvernement péruvien a ajouté, le 1er mars, un délit à son code pénal : l’activité minière illégale, passible d’une peine pouvant atteindre jusqu’à dix ans de prison. Le ministère de l’Environnement estime que 30 000 hectares de forêts ont été détruits par l’extraction minière informelle, pour la seule province de Madre de Dios dans le sud-est du pays, où des conflits sociaux liés au secteur minier ont éclaté début mars. Selon l’office du Défenseur des droits, le Pérou compte actuellement 152 conflits sociaux locaux, nombre « en croissance depuis sept mois. Il s’en crée deux fois plus qu’il ne s’en résout. »

 

(avec AFP)
© Flor Ruiz/DPA/Maxppp
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème