Espagne : Caritas s’inquiète d’une « fracture sociale » sans précédent

Publié le 21/03/2013
Espagne
 

Caritas Espagne dénonce « l’augmentation sans précédent de l’inégalité dans la répartition des revenus » dans le pays et presse le gouvernement d’agir en faveur d’une redistribution des richesses.

C’est un rapport accablant qu’a publié mercredi 20 mars Caritas Espagne. Intitulé « Inégalité et droits sociaux », il dénonce « l’augmentation sans précédent de l’inégalité dans la répartition des revenus » en Espagne, qui se situe « parmi les niveaux les plus élevés de l’Union européenne ».

Selon cette étude, les revenus moyens des 20% les plus pauvres de la population sont aujourd’hui sept fois inférieurs à ceux des 20% les plus riches.

« L’augmentation de l’inégalité sociale témoigne d’une société fracturée. Avec le temps, il sera de plus en plus difficile pour les personnes qui se sont appauvries de sortir de l’exclusion », a affirmé le secrétaire général de Caritas Espagne, Sébastian Mora, lors de la présentation du rapport.

En effet, les revenus moyens en Espagne ont baissé de 4% depuis 2007 pour atteindre 18.500 euros en 2012, soit un pouvoir d’achat inférieur à celui de 2001. Ce phénomène, allié à une hausse des prix de 10%, « a provoqué une détérioration des revenus sans comparaison durant les dernières décennies », souligne Caritas.

Aujourd’hui, près de 27% des Espagnols se trouvent en situation de pauvreté ou d’exclusion sociale. Quant aux chiffres de l’extrême pauvreté, ils sont particulièrement préoccupants : le nombre de foyers sans revenus est passé de 300.000 en 2007 à 630.000 en 2012.

En février dernier, un journaliste du Secours Catholique s’était rendu en Andalousie, province la plus sinistrée de la péninsule Ibérique, où il avait rencontré deux couples plongés dans le désarroi. Agustin et Rosario, 58 et 55 ans, sans emploi depuis 2008, vivaient alors depuis 10 mois sans électricité. La seule aide dont ils bénéficiaient était celle de Caritas. « Contrairement à notre philosophie qui est d’accompagner dans la longueur, nous avons dû revenir à la distribution. La crise a rendu la population très vulnérable, expliquait Francisco Domouso, directeur de la Caritas de Xeres, toutes les familles sont touchées, même la mienne. Mes fils qui sont ingénieurs n’ont pas de travail. »

Le chômage frappe aujourd’hui plus de 26% des actifs espagnols, et grimpe jusqu’à 56% chez les jeunes. Une situation dramatique amplifiée par la politique d’austérité menée par le gouvernement pour redresser les finances du pays. «  L’érosion des politiques sociales a montré son impact en particulier sur les groupes les plus vulnérables », a affirmé le secrétaire général de Caritas Espagne.

Face à cette fracture sociale grandissante, Caritas demande au gouvernement de se doter rapidement «  des mécanismes nécessaires de redistribution » des richesses.

 

Marina Bellot avec AFP
© Markel Redondo / Secours Catholique
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème