Être orienté vers Amos et signer un contrat

Publié le 25/10/2012
Bordeaux
Être orienté vers Amos et signer un contrat
 

Amos, Association mobilisatrice œcuménique et sociale (loi 1901) créée en juillet 1994 par le Secours Catholique et le Diaconat protestant de Bordeaux, est une entreprise d’insertion par l’activité économique (IAE). Elle facilite le retour à l’emploi de personnes en difficulté sociale et professionnelle.

Amos emploie 17 salariés en contrats aidés dans ses quatre boutiques de vêtements de qualité, de seconde main, à des prix modiques. En dix-huit années d’existence, l’association a vu passer plus de 300 personnes, dont les deux tiers sont sorties avec un contrat d’embauche à durée déterminée ou indéterminée, grâce aux contacts réguliers que l’association entretient avec les entreprises alentour.

Le Colisée Patrimoine Group, qui gère des établissements pour personnes âgées (dont trois en Gironde), vient de signer avec le Secours Catholique une convention nationale qui prévoit l’embauche dans ses établissements de personnes issues de structures d’insertion.

Des témoignages encourageants

Jérôme a trouvé un stage à l’issue de son parcours chez Amos. « Je fais le ménage dans une maison de retraite, je mets le couvert pour les repas, j’aide les personnes âgées à se déplacer, à manger… La plupart sont toujours très actives, et gentilles. J’aimerais continuer dans cette voie, je réfléchis à une formation d’aide à domicile… »

Jérôme a été orienté vers Amos par son éducateur. « Cela faisait plusieurs années que je ne trouvais pas d’emploi. Il faut dire qu’à la campagne, et quand on n’a pas le permis, ce n’est pas simple… J’y ai passé deux ans en tant que vendeur : je déballais les cartons, mettais les étiquettes, recevais les clients, tenais la caisse… Ça s’est très bien passé avec mes collègues et avec la responsable du magasin. »

« À Amos, les salariés apprennent un métier, mais ils apprennent surtout à reprendre confiance en eux et en leurs capacités », explique Patrice Vincey, président de la délégation et administrateur d’Amos. Ce qui peut leur permettre de retrouver ensuite une place dans l’économie classique.

Jacflore a passé un an et demi chez Amos, avant de signer un CDI dans un magasin de prêt-à-porter. « Dans les boutiques, les gens ne viennent pas que pour acheter, ils viennent aussi pour discuter. L’expérience Amos m’a montré que moi aussi je pouvais apporter quelque chose, en leur donnant un peu d’attention, un sourire… »

crédit : Aurélien Marquot/Secours Catholique
Jeune homme réparant un ordinateur
Plus d'informations
Emploi, Insertion, Microcrédit
# sur le même thème