FIFDH : le jury du Secours Catholique rend son palmarès

Publié le 12/04/2016
France
FIFDH : le jury du Secours Catholique rend son palmarès
 

Pour la première fois, le Secours Catholique a décerné son propre prix dans le cadre du 14e Festival international du film des droits de l’Homme dont il est partenaire depuis dix ans. Un jury incluant des personnes accueillies a délibéré. Deux œuvres sont récompensées : « 18 Fugitives  » et «  Retour à la vie ».

Ce mardi matin, autour de la grande table, tout le monde est prêt pour les trois heures de discussion devant aboutir à la désignation du film lauréat. Ce jury inédit est composé de salariés et bénévoles du Secours Catholique et de cinq personnes en situation de précarité fréquentant le ciné-club de l’accueil des Appenins, à Paris.

Éliane, qui en fait partie, apprécie le cadre très « pro » de la délibération. « On a notre carton avec notre nom, un verre d’eau... C’est comme dans un débat télévisé ! », plaisante-t-elle.

Débat à bâtons rompus

La discussion commence. Un par un, les cinq films du FIFDH pré – sélectionnés sont passés au crible. Esthétique et forme, sujet abordé, impact émotionnel : chaque aspect est commenté et consciencieusement noté.

« Moi qui ne m’intéresse pas du tout à la politique, ce documentaire m’a permis de comprendre ce qui se passait là-bas », souligne Eliane à propos du film « 18 fugitives » qui se déroule en Cisjordanie en 1987. « Il a voulu traiter d’un fragment du conflit israélo-palestinien. Au final, il ne montre pas grand chose », nuance Pascal.

« Au contraire, l’anecdotique, dans ce film, est révélateur de tout un système, c’est très intéressant », remarque Michel. Le débat se poursuit ainsi à bâtons rompus.
 

Ce jury est l'occasion de vivre une expérience nouvelle, d'habitude réservée à des érudits.

Pascal

Pour les personnes accueillies, cette matinée prolonge le mini-festival organisé il y a quelques semaines au ciné-club des Appenins. Le club existe depuis trois ans et se réunit un dimanche par mois.

« Nous avons voulu jouer le jeu à fond, raconte Delphine, sa responsable. Nous avons projeté trois films dans la même journée, avec des pauses goûter et des débats entre chaque. C’était assez fatiguant mais super de voir l’énergie que certains avaient encore à la fin des projections ».

C’est à l’issue de cette journée que Pascal, qui vit en centre d’hébergement, s’est laissé tenter par l’aventure du jury. « Je fréquente le ciné-club depuis deux ans. C’est un bon moment de convivialité, raconte-t-il. Ce jury était l’occasion d’aller plus loin dans l’aventure et de vivre une expérience nouvelle, d’habitude réservée à des érudits. »

Les films m’ouvrent à des sujets que je ne connaissais pas.

Éliane

Éliane n’a pas hésité non plus. « Ce qui m’a motivée, c’est de pouvoir exprimer mon avis, ce que je ne fais plus depuis longtemps, confie-t-elle. Dans ma vie, je reçois beaucoup de critiques et je me sens rejetée. Ici, mes opinions sont écoutées et je ne suis pas jugée ».

Le ciné-club est un moyen pour Éliane de voir des films - car les séances en salle sont trop chères et « (s)a télé est cassée depuis un an » - et de « rompre avec la solitude ». « Comme j’ai arrêté l’école tôt, les films m’ouvrent à des sujets que je ne connaissais pas », ajoute-t-elle.

Cérémonie

Au terme des échanges et des notations, surprise ! Deux films arrivent ex-æquo, le documentaire « 18 fugitives » et « Retour à la vie », une fiction qui aborde la prostitution enfantine au Cambodge. Le jury décide finalement de les récompenser tous les deux.

Il faut alors désigner un porte-parole, chargé de rendre compte du verdict lors de la cérémonie de remise des prix le soir même. Pascal, qui a l’habitude de monter de petits spectacles sur scène, se porte volontaire. La soirée s’annonce, décidément, exceptionnelle.
 

Pour en savoir plus sur le FIFDH, lire l'article « FIFDH : un festival pour les droits de l'Homme »

 

Le palmarès complet

Les six jurys de la 14e édition du FIFDH ont remis leurs prix lors de la cérémonie de clôture le 12 avril au soir. Voici leur palmarès :

  • Jury de la compétition officielle: « We were rebels » (Grand Prix) et « 18 fugitives » (Mention spéciale)
  • Jury Secours Catholique - Caritas France : Prix ex-æquo pour « 18 fugitives » et « Retour à la vie  »
  • Jury Ligue des droits de l'Homme : « Le vent de la révolte » (Grand prix) et le court-métrage « Persisting dreams » (Mention spéciale)
  • Jury Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés : « Imagining Emanuel/Out of Norway » (meilleur documentaire sur les migrants)
  • Jury lycéens et apprentis : « La mécanique des flux » (Grand prix) et « Retour sur une illusion » (Mention spéciale)
  • Jury Fleury-Mérogis : « Muchachas » (Grand prix long-métrage), « La mécanique des flux » (Mention spéciale long-métrage), « Suleima » (Grand prix court-métrage) et « Uncanny valley » (Mention spéciale court-métrage).
Clarisse Briot
Crédits photos : ©Élodie Perriot / Secours Catholique.
Deux mamies sourient bras-dessus bras-dessous
Plus d'informations
Lien social et lutte contre l'isolement
# sur le même thème