François Hollande au Vatican : une visite sous le signe de l’espérance

Publié le 24/01/2014
Vatican
 

Le président du Secours Catholique François Soulage, présent dans la délégation présidentielle auprès du pape François, retient plusieurs points de convergence entre le président français et le souverain pontife lors de sa visite à Rome : sur les sujets internationaux et sur l’importance de tout faire pour défendre la dignité humaine.

Depuis Rome, où il avait été invité par le président de la République à faire partie de la délégation française lors de la rencontre avec le Saint-Père du vendredi 24 janvier, le président du Secours Catholique, François Soulage, a souligné les convergences de vue entre le pape et François Hollande. Convergences sur les sujets internationaux essentiellement, les questions de société ayant soigneusement été occultées lors de la conférence de presse du président de la République à l’issue de l’audience entre le chef de l’État et le chef de l’Église catholique.

Le président français n’a pas évoqué devant la presse les enjeux de société qui fâchent, comme l’avortement ou la fin de vie. Mais il a assuré le pape du « respect du peuple français pour son message de paix, de solidarité et de justice ».

Combat commun

François Soulage a souligné combien le combat pour la « défense de la dignité humaine » a été revendiqué comme une valeur commune, par le pape et le président français. « On n’a pas le droit de laisser les gens souffrir », explique le président du Secours Catholique pour résumer le terrain d’entente sur lequel se sont rejoints les deux hommes.

M. Hollande et le pape ont également abordé plusieurs sujets internationaux sur lesquels leurs vues se sont accordées : les risques d’embrasement de la Centrafrique, avec la nécessité d’interrompre tout conflit interreligieux, la joie suscitée par la libération du père Georges enlevé l’an dernier au Nigeria et présent dans la délégation et la trop grande pauvreté de nombreux pays du continent africain. Accords de vue également sur les conflits au Moyen-Orient, avec en premier lieu le souhait d’une transition en Syrie pour que les combats cessent et que l’aide humanitaire soit déployée au plus près des populations meurtries.

Les chrétiens d’Orient doivent être soutenus

À propos des chrétiens d’Orient, François Hollande a déclaré que « la France est mobilisée pour qu’ils restent là où ils ont toujours vécu et ne prennent pas le chemin de l’exil en raison des combats en cours. Les chrétiens d’Orient doivent être partout soutenus et protégés ».

Dans l’avion du retour, le président de la République s’est dit « frappé par le langage d’espérance du pape », notamment sur l’avenir de l’Europe. Toujours dans l’avion, M. Hollande a évoqué abondamment la nécessité de tout faire pour lutter contre l’exclusion, souhaitant que cette lutte rassemble les forces catholiques et les États. Enfin, le président a rappelé l’invitation faite au pape de se rendre en France.

François Soulage s’est entretenu également avec Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur français chargé des cultes. M. Valls a promis à M. Soulage de lui fixer un rendez-vous pour « trouver des solutions à Calais, et faire des associations, comme le Secours Catholique, de véritables partenaires dans une politique globale d’immigration ».

 

Jacques Duffaut
© Ropi/MaxPPP
Procession de Lourdes
Plus d'informations
Spiritualité
# sur le même thème