Insertion : la voie de l’expression artistique

Publié le 03/06/2013
France
 

Accéder à la culture ne devrait pas être un luxe. Des associations proposent aux personnes en difficulté de découvrir des activités artistiques.

Il y a deux ans, Sarah [1], jeune mère de famille, a traversé une période douloureuse. Sans argent, elle éprouvait pourtant «  le besoin de s’enrichir intellectuellement ». Une bénévole de la délégation du Secours Catholique de la Sarthe lui avait demandé d’exprimer ce qu’elle ressentait : « Quand vous êtes pauvre, lui a-t-elle écrit, on considère que vous n’êtes pas cultivé. Peu de personnes pensent que le divertissement et la culture font partie du bien-être. » Aujourd’hui Sarah a rebondi et mène de nouveau une vie normale. Les sorties au cinéma, au théâtre ou au concert lui ont redonné goût à l’existence.

L’accès à la culture, un droit

L’accès à la culture est un droit.L’article 140 de la loi d’orientation du 29 juillet 1998 l’affirme : « L’égal accès de tous, tout au long de la vie, à la culture, à la pratique sportive, aux vacances et aux loisirs constitue un objectif national. Il permet de garantir l’exercice effectif de la citoyenneté. »

« Nous avons tous droit à la culture. Parce que la culture touche au lien social. Parce qu’elle nourrit le vivre-ensemble » explique Brigitte Alsberge, responsable du département Solidarités familiales au Secours Catholique. «  Créer favorise l’échange, ouvre à l’univers de l’autre ; qu’elle s’exprime individuellement ou en groupe, la culture nourrit les relations, les regards, la façon de réfléchir. » Peindre, danser, voir ou interpréter une pièce de théâtre, faire le clown, découvrir des musées, jouer d’un instrument : autant d’activités auxquelles tout le monde a droit mais auxquelles peu accèdent. « L’art est intimidant, poursuit Brigitte Alsberge, il prend parfois des chemins détournés : le rap, le slam, le break-dancing ou les graffitis répondent à un besoin de s’exprimer différemment et n’en sont pas moins de l’art. »

Une personne sur dix coupée de la culture à cause de la faiblesse de ses revenus

La culture est très dépendante du niveau de formation, de la catégorie socioprofessionnelle et du lieu de résidence de chacun, comme le démontraient plusieurs études en 2003 [2]. Si les ressources seules ne constituent pas le principal obstacle à la culture, elles en conditionnent l’accès. Une personne sur dix était, en 2003, coupée de la culture essentiellement à cause de la faiblesse de ses revenus.

Les associations caritatives ont un grand rôle à jouer dans l’accès à la culture

Comment ouvrir la porte de la culture à ceux qui manquent de moyens ? Récemment, une famille pauvre a été exclue d’un musée à cause de son odeur. La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a immédiatement exprimé son indignation et rappelé que l’accès à la culture est un moyen de réduire l’exclusion. Ce principe étant posé, encore faut-il qu’il se traduise en actions concrètes.

« Les pouvoirs publics », estime Philippe Poirrier, historien et auteur de La culture en France au XXe siècle, « continuent de penser que l’art et la culture contribuent à l’épanouissement des individus. Mais le ministère a tendance à soutenir la création et à faire passer la question des publics au second plan. Les associations caritatives ont sans doute joué un plus grand rôle dans l’accès à la culture. »

Depuis 2010, une convention lie le ministère de la Culture et le Secours Catholique. L’État s’est engagé à soutenir les actions culturelles que l’association développe pour favoriser l’insertion des personnes en situation d’exclusion. Ainsi épaulées, la plupart des délégations du Secours Catholique stimulent les expressions culturelles des personnes en difficulté qu’elles accueillent.

En partenariat avec Cultures du cœur, une association nationale (financée sur fonds publics et privés) qui invite les personnes défavorisées à goûter aux loisirs, aux pratiques artistiques et au sport, le Secours Catholique propose à ceux qu’il accompagne de sortir assister à des spectacles.

Le philosophe Pierre Bourdieu écrivait : « Plus les publics sont éloignés de la culture, moins ils en éprouvent le besoin. » C’est pour lutter contre le repli sur soi et contre l’exclusion que des centaines de bénévoles incitent à s’ouvrir à toutes les formes d’expression.

Notes:

[1] Il ne s’agit pas du prénom véritable

[2] Études 2003 de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc).

Jacques Duffaut
© Sébastien Le Clezio/Secours Catholique
Deux mamies sourient bras-dessus bras-dessous
Plus d'informations
Lien social et lutte contre l'isolement
# sur le même thème