Kurdistan irakien : quel avenir pour les chrétiens ?

Publié le 08/10/2012
Irak
Kurdistan irakien : quel avenir pour les chrétiens ?
 

Le Kurdistan irakien est en proie à des bombardements de la Turquie voisine, qui vise des militants indépendantistes kurdes du PKK. Le Secours Catholique suit avec attention l’évolution de la situation des nombreux chrétiens qui ont trouvé refuge dans cette région autonome de l’Irak.

Alors que des avions turcs ont bombardé des positions kurdes dans le Kurdistan irakien dans la nuit du 7 au 8 octobre, les relations entre l’Irak et la Turquie s’enveniment dangereusement, menaçant la sécurité des habitants du Kurdistan irakien et notamment des nombreux chrétiens qui y ont trouvé refuge.

D’un côté, la Turquie est en guerre ouverte contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui luttent depuis 1984 pour l’indépendance du sud-est du pays. Le conflit connaît un regain de violence depuis cet été, et la Turquie n’hésite pas à cibler le Kurdistan irakien, où le PKK dispose de plusieurs positions.

De l’autre, l’Irak dénonce « la violation de la souveraineté et de la sécurité » du pays. Le gouvernement a annoncé la semaine dernière vouloir mettre fin à la présence de soldats turcs stationnés au Kurdistan, fruit d’un accord signé sous Saddam Hussein en 1995.

Or depuis la chute de Saddam Hussein, les chrétiens d’Irak sont nombreux à trouver refuge dans la région autonome du Kurdistan irakien, sécurisé par des dizaines de milliers de militaires kurdes, et traditionnellement accueillant envers les minorités.

Le Kurdistan, refuge des chrétiens

Attentats, exécutions, prises d’otage… Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), l’exode des chrétiens d’Irak vers le Kurdistan s’est accéléré en raison des menaces auxquelles ils sont confrontés dans le reste du pays, notamment à Bagdad et Mossoul où la minorité chrétienne subit une double violence : celle des groupes crapuleux et des extrémistes islamistes.

Alors qu’ils étaient plus d’un million avant l’invasion américaine de 2003, les chrétiens seraient aujourd’hui moins de 350 000 dans tout le pays, dont près de la moitié au Kurdistan. « C’est une région sécurisée par rapport au reste du pays », confirme Georges Leperchey, chargé de mission au Secours Catholique, qui se rend régulièrement dans la région. Une protection qui s’étend au-delà des frontières floues de cette région autonome : « deux villes chrétiennes, bien qu’en dehors du Kurdistan, sont tout de même protégées par l’armée kurde ».

Une situation précaire

Pour autant, la situation est loin d’être idyllique. À Bartilla, petite ville rurale où cohabitent 12 000 chrétiens et 8 000 musulmans, « la tension est palpable à cause des terres agricoles que doivent se partager les deux communautés », note Georges Leperchey.

Plus généralement, nombreux sont les chrétiens qui ne se rendent au Kurdistan irakien que provisoirement. Barrière de la langue, maigres perspectives professionnelles : faute de pouvoir réellement s’intégrer, ils attendent de pouvoir retourner dans leurs villes d’origine – ou, à défaut, de quitter définitivement l’Irak pour ses pays voisins, où l’on note une forte émigration. En Turquie, le Haut-Commissariat pour les réfugiés a fait état d’une hausse considérable du nombre de chrétiens irakiens enregistrés en 2011, soit quelque 1 700 personnes.

Un exode forcé qui pourrait bien s’accélérer si les bombardements turcs au Kurdistan venaient à s’intensifier.

 

Marina Bellot
© Christophe Petit Tesson/Maxppp
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème