La Caritas auprès des déplacés irakiens

Publié le 02/07/2014
Irak
 

Au nord du pays, de plus en plus d’Irakiens sont contraints de quitter leurs maisons, atteste Nabil Nissan, directeur de Caritas Irak. L’ONG travaille à assurer l’accueil des familles déplacées sans distinction de religion, avec le soutien du Secours Catholique.

« Qaraqosh, 40 000 habitants, au cœur de la zone de peuplement de chrétiens la plus importante du nord du pays, ont vécu un cauchemar, témoigne Nabil Nissan, directeur de Caritas Irak. Le 25 juin, la ville a subi un bombardement qui a obligé la moitié de la population à fuir vers le Kurdistan et l’autre à se réfugier chez des proches ou dans des églises. » Dans la région, Caritas prévoit d’aider 1 000 personnes déplacées : elles s’ajoutent aux 2 000 qui le sont déjà.

En raison de la tragédie en cours à Qaraqosh (l’eau et l’électricité manquent davantage chaque jour), Caritas, craignant pour la sécurité de son personnel, a fermé provisoirement son centre social. « Durant ces deux derniers jours, explique Nabil Nissan le 28 juin, nous avons organisé l’achat, le stockage et l’acheminement du matériel d’urgence vers les zones d’intervention et préparé en parallèle d’autres secours attendus, après avoir mobilisé toutes les énergies disponibles. Et, cela, nous l’avons fait dans un temps record si on considère les circonstances exceptionnelles actuelles, l’étendue du secteur concerné, la multiplication des checkpoints et l’augmentation des familles déplacées. » Le Secours Catholique a versé en urgence une aide de 100 000 dollars (73 500 euros).

« Qui dira avec assez de force la continuelle souffrance psychique, physique et financière de ces personnes déplacées (300 000 dans tout le pays) ? », répète Nabil Nissan. Elles sont installées, soit dans des camps ouverts à leur intention, soit survivent dans des mosquées, églises, entre autres bâtiments.Caritas va soutenir les réfugiés de l’intérieur, du moins ceux qui tentent de s’en sortir hors camps. Pendant ce temps, à Bagdad, « chacun attend la formation d’un nouveau gouvernement qui pourrait contribuer à résoudre cette terrible crise ».

Yves Casalis
Crédits photos: © DR
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème