Le Secours Catholique apporte sa pierre à Tours

Publié le 22/02/2013
Indre-et-Loire
 

En Indre-et-Loire, le Secours Catholique est un aiguillon de la démarche Diaconia dont il applique déjà la volonté de décloisonnement.

Ce lundi 21 mai, Michel, le président de la délégation du Secours Catholique d’Indre-et-Loire, Pierre, Angèle et Audrey, les animateurs, Myriam la déléguée et Christine, stagiaire, entament une tournée des doyennés (1). Ils vont évoquer tant les projets de la délégation que le calendrier de Diaconia lors de rencontres ouvertes avec des paroissiens et d’autres acteurs de solidarité.

« Il s’agit de redonner place aux plus fragiles dans l’Église et au Secours Catholique, et de mutualiser nos forces », annonce Myriam dans la salle paroissiale flambant neuve de Bourgueil. Une quinzaine de personnes sont venues avec leur connaissance du territoire et leurs questionnements : « Comment détecter les vraies pauvretés pas toujours visibles ? », « Ne peut-on pas se fédérer avec d’autres pour une stimulation, une aide ? », « Comment faire le lien avec les prêtres déjà tellement pris ? », « Comment faire partager le projet Diaconia à la communauté paroissiale ? »…

Amour de Dieu et service des autres feront de nous des hommes profondément libres et heureux

Car tout ne se passe pas toujours comme à Amboise où la veille, pendant la messe, Gabrielle, du Gabon, et Janine, du Cameroun, deux habituées du “Camion” (permanences d’écoute dans une camionnette de la paroisse Saint–Martin-du-Val d’Amboise) ont porté en procession le “Livre des fragilités et des merveilles”. Le curé, le père François Moreau, en a profité pour rappeler dans son homélie que « Notre baptême nous appelle tous à témoigner qu’amour de Dieu et service des autres feront de nous des hommes profondément libres et heureux. »

Les groupes listent par communes les fragilités prédominantes et les réponses apportées par le Secours Catholique ou des partenaires associatifs ou municipaux. Myriam termine la matinée avec la lecture d’un texte parabole : celui des casseurs de pierre où l’un accomplit une “corvée” en maugréant, tandis que l’autre sifflote joyeusement car il participe ainsi à l’édification des cathédrales.

L’après-midi, cap vers le sud du département où d’autres équipes du Secours Catholique apportent leur pierre à la construction de la fraternité. Au presbytère de Ligueil, l’exercice se répète avec une vingtaine de personnes présentes dont des fidèles du groupe convivial L’Oasis. « On invente ensemble, c’est une co-création », commente Brigitte Bécard, déléguée épiscopale à la solidarité.

Même créativité, voire innovation audacieuse, avec le projet d’étendre à l’ensemble du diocèse le plan de formation interne du Secours Catholique. Avec, cerise sur le gâteau, la volonté d’intégrer autant de personnes accueillies que de bénévoles dans le comité de pilotage du projet de délégation. « On n’avance pas forcément vite pour décider, mais l’efficacité est dans ce qu’on vit ensemble », témoigne Myriam.

(1) Ensemble de plusieurs paroisses régi par un curé-doyen.

Chantal Joly
Crédits photos: © Sébastien Le Clezio/Secours Catholique
Procession de Lourdes
Plus d'informations
Spiritualité
# sur le même thème