Logement : mobilisations pour une meilleure politique

Publié le 03/12/2012
France
 

Le Collectif des associations unies, dont le Secours Catholique est membre, organise une mobilisation nationale le 5 décembre pour exiger du gouvernement des mesures concrètes pour les sans-abri. Parallèlement, le Collectif a rencontré le Premier ministre le 29 novembre.

Plusieurs militants du Collectif des associations unies et des travailleurs sociaux appellent à une mobilisation nationale le 5 décembre autour de deux slogans : « Mal-logés, sans-abri, les oubliés de la République ! » et « De la rue au logement : c’est maintenant ! ».

« Il y a une urgence sociale dans notre pays dont le gouvernement ne semble pas avoir pris la mesure, affirme Victoire Le Cœur, chargée de projet au département « De la rue au logement » du Secours Catholique. Nous sommes les témoins d’une insuffisance généralisée des moyens mis en œuvre pour sortir de la crise humanitaire. » La manifestation parisienne partira à 10 h 30 de l’église Saint-Germain-l’Auxerrois (2, place du Louvre, 75001 Paris). En Seine-Saint-Denis, le rendez-vous est donné à 9 h 45 devant la délégation du Secours Catholique basée à Rosny-sous-Bois (33, rue Paul-Cavaré). À Tours, une coordination d’associations, dont le Secours Catholique, organise une « nuit de la solidarité » sur la place de la Préfecture à partir de 19 h. Une soupe sera offerte.

Le logement, la priorité de la lutte contre l’exclusion

Le Collectif a également rencontré le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, le 29 novembre afin de faire le point sur la situation du logement et de l’hébergement, avant la Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale qui se tiendra les 10 et 11 décembre prochains au Conseil économique, social et environnemental. François Soulage, président du Secours Catholique, était présent. Il s’est montré satisfait de cette réunion. « Aucune décision n’a été prise, avertit-il en guise d’introduction. Mais il semble qu’il y ait une véritable prise de conscience sur le sujet. En effet, le Premier ministre a affirmé que le logement devait être la priorité de toutes les politiques de lutte contre l’exclusion, partant du constat que tant qu’une personne n’a pas de logement stable, elle ne peut rien construire de durable. »

En finir avec la « politique du thermomètre »

Par ailleurs, le Premier ministre a renouvelé sa volonté d’en finir avec la « politique du thermomètre » qui consiste à ouvrir des places d’hébergement en fonction de la température. Une politique que dénoncent le Secours Catholique et le Collectif des associations unies depuis des années. Enfin, Jean-Marc Ayrault a cité une recommandation avancée par le Secours Catholique, en annonçant qu’il fallait mettre en place un système général de caution pour l’accès au logement qui se substitue à tous les autres. François Soulage l’avait averti du caractère discriminatoire de l’aide Loca-pass. En effet, d’après celui-ci une personne présentant une garantie Loca-pass à moins de chance d’obtenir un appartement que celle qui n’en a pas besoin. « Le simple fait d’utiliser ce système de garantie signifie que la personne est pauvre. Le propriétaire lui préférera celui qui n’a pas recours au Loca-pass », argumente François Soulage.

Le Secours Catholique espère que les volontés exprimées par le Premier ministre lors de cette rencontre seront actées à la Conférence nationale. Participant aux différents ateliers de la conférence, le Secours Catholique a présenté ses recommandations aux ministres le 25 novembre dernier.

 

Notes:

[1] Collectif des associations unies pour une nouvelle politique publique du logement des personnes sans abri et mal logées.

Clémence Véran-Richard
© Xavier de Torres/Maxppp
Logement
Plus d'informations
Sans-abri et mal logés
# sur le même thème