Lourdes sous le signe des merveilles et des fragilités

Publié le 11/05/2013
Lourdes sous le signe des merveilles et des fragilités
 

Lors de leur deuxième jour de pèlerinage à Lourdes, les participants au rassemblement Diaconia 2013 ont appris à se découvrir, partageant leurs merveilles et leurs fragilités lors des forums et des ateliers.

« Ma plus grande merveille en famille, ce sont mes enfants. Ma plus grande fragilité, c’est ma sœur qui a coupé les ponts avec moi et qui ne les connait pas  », confie doucement Christelle. Dans ce petit groupe de six personnes, sa voisine, Denise, vient de raconter vingt ans de combat pour faire accepter sa fille Catherine, handicapée mentale, dans sa paroisse. Vendredi 10 mai à Lourdes, ces deux femmes ont participé au forum “Une famille... des familles” animé entre autre par Brigitte Alsberge, responsable du département solidarités familiales du Secours Catholique.

“Migrants et non-migrants, agir ensemble pour le changement dans l’Eglise et dans la société”, “des communautés chrétiennes s’engagent dans une action locale auprès des personnes sans logement ou mal logées” : les thèmes des nombreux autres forums organisés lors de la deuxième journée du rassemblement Diaconia 2013 étaient très variés.

Au-delà des partages de vie entre les participants, beaucoup en sont sortis avec des idées plein la tête. Lors du repas, les uns ont échangé sur des initiatives inventées durant le forum, les autres sont revenus sur les possibilités d’implanter chez eux un projet découvert par un témoignage.

Des livres de vies

L’après-midi, la basilique Saint-Pie-X a été investie par plusieurs ateliers : confection de mosaïques, réalisation de cartes postales. Sur ces dernières, les participants collaient une feuille avec la citation biblique du rassemblement : « Je suis au milieu de vous comme celui qui sert » (Luc 22:27).

À quelques mètres, plusieurs pèlerins, les mains pleines de colles, de scotch, de peintures et de morceaux de cartons, se sont attelés à construire une œuvre commune. Elle doit représenter, une fois finie, deux mains se tenant l’une l’autre.

D’autres œuvres communes ont été discrètement installées dans les alcoves de la basilique souterraine : les livres des merveilles et des fragilités des diocèses de France. Recouverts de cuir, reliés par de minces fils de laine, écrits à la main, agrémentés de photos ou de dessins... leurs auteurs attentionnés y ont déposé des témoignages de vie que chacun a pu lire.

Freeze-mob

Et puis, le tintement d’une cloche de bois a retenti dans les haut-parleurs des sanctuaires. Instantanément, les jeunes de Pontoise se sont immobilisés, les bras levés. Des petits groupes de personnes aux t-shirts “Servons la fraternité” ont cessé de bouger, prenant des pauses représentant des situations de solidarité.

Ce freeze-mob de cinq minutes, porté par une cantatrice entonnant l’Ave Maria, avait pour objectif de manifester la force de la fraternité contre toute forme d’exclusion.

Saint Laurent à l’honneur

À 16 heures, la famille du réseau Saint-Laurent, composée de groupes de partage d’Évangile avec des personnes en situation de précarité, s’était donné rendez-vous à la Cité Saint-Pierre. Une statue à l’effigie de son saint patron, qui considérait les pauvres comme le « trésor de l’Église » y a été inaugurée.

« Le choix de Lourdes par Mgr Rodhain résonne aujourd’hui particulièrement, a déclaré le P. Éric Récopé, aumônier de la Cité. Il avait été touché par l’approche de Marie envers Bernadette. Cette dernière était face à un mur de pauvreté, de maladie. La Vierge n’a pas cherché à savoir de quoi elle avait besoin, elle lui a simplement demandé de l’aide. Ce regard, cette parole ont permis à la petite fille de se relever et de tracer un chemin d’espérance.  »

Pour nombre de participants au rassemblement, ce « regard » a été présent tout au long des échanges, comme le disait Albert, membre d’un groupe de l’Ouest de la France, lors de la veillée festive : « En nous dévoilant les uns aux autres, nous avons transformé notre façon de nous regarder. Et nous avons fait de nos fragilités mises à nues des merveilles le temps de ce pèlerinage. »

Veilleurs

La nuit s’est clôt avec plusieurs lieux de veillée dans les sanctuaires : un spectacle dans la basilique Saint-Pie X, des conférences avec Mgr Jean-Pierre Grallet, archevêque de Strasbourg et l’économiste Elena Lasida.

Au même moment, dans l’église Sainte-Bernadette, des membres des communautés de l’Arche ont lavé les pieds de tous ceux qui s’avançaient vers eux, aux côtés des pèlerins venus se recueillir.

Sophie Lebrun
Crédits photos: © Xavier Schwebel/Secours Catholique
Procession de Lourdes
Plus d'informations
Spiritualité
# sur le même thème