Loyers : les limites du blocage à la relocation

Publié le 05/06/2012
France
 

La décision du gouvernement de bloquer les loyers au moment de la relocation est saluée par le Secours Catholique comme une mesure de justice pour les familles les plus en difficulté.

Le décret prévu par la ministre du Logement, Cécile Duflot, ne concerne que les hausses de loyer en cas de changement de locataire. Le nouveau locataire paierait donc le même loyer que son prédécesseur, réévalué uniquement en fonction de l’indice de référence des loyers de l’Insee.

La mesure permettrait cependant de « stopper l’envolée spéculative […] et de redonner du pouvoir d’achat aux locataires », selon la Confédération nationale du logement (CNL), premier syndicat de locataires.

Pas de baisse

Pour la Confédération générale du logement (CGL), la décision ne va toutefois pas assez loin car « elle n’agit pas pour que les loyers baissent », selon son président Michel Fréchet.

Tout en saluant « la mesure d’urgence de gel des loyers », le Secours Catholique demande lui aussi d’« aller plus loin », à l’instar de la Fondation Abbé Pierre, qui attend « une loi permettant une régulation beaucoup plus étoffée des loyers ».

Progressivité mise à mal

La position des propriétaires est aux antipodes. Selon Jean Perrin, président de l’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI), la nouvelle disposition poussera des propriétaires à retirer leurs biens de la location et des investisseurs à ne « plus venir dans le marché, car l’un des attraits de l’immobilier était cette progressivité possible des revenus ».

Ça ne pouvait pas durer

Argument rejeté par la Fondation Abbé Pierre : « Les propriétaires ou les agents immobiliers vont d’abord hurler, mais reconnaissent eux-mêmes que la situation ne pouvait pas durer », souligne son délégué général, Patrick Doutreligne.

Plus globalement, le blocage des loyers à la relocation ne s’attaque qu’à un aspect limité de la crise du logement, en grande partie due au manque criant d’habitations, notamment dans les grandes agglomérations. Les associations ne s’y trompent pas et continuent à demander la construction massive de logements vraiment sociaux.

La ministre du Logement a prévu d’engager une concertation avec les différents acteurs du secteur.

 

François Tcherkessoff (avec AFP)
© Marlene Awaad/ IP3/MAXPPP
Logement
Plus d'informations
Sans-abri et mal logés
# sur le même thème