Maman Secours : accueillir les mères en difficulté

Publié le 17/04/2015
Colombes
Maman Secours : accueillir les mères en difficulté
 

À Colombes, dans les Hauts-de-Seine, des mères en majorité seules trouvent réconfort, soutien matériel et espace de jeu pour leurs enfants à l’accueil Maman Secours de la délégation du Secours Catholique.

Une nuée d’enfants envahit la salle mise à la disposition du Secours Catholique des Hauts-de-Seine par la paroisse Sainte-Marie-des-Vallées, à Colombes. Leurs mères les suivent, amusées par leur entrain.

À Maman Secours, accueil ouvert tous les jeudis matin, elles viennent avant tout répondre aux besoins de leurs petits. Ici, ces mères, qui pour la plupart élèvent seules leurs enfants, peuvent acheter pour un euro un paquet de couches, un lot de huit petits pots ou du lait maternisé.

Espace de jeu

Sarah, deux ans, court à travers la salle. Son énergie semble inépuisable. Sautant sur une chaise aux côtés de Siham, sa mère, elle chahute avec les autres enfants, invente des histoires avec les jouets mis à leur disposition. La petite fille déborde d’une joie de vivre contagieuse.

« Avoir de l’espace, c’est tellement important pour Sarah ! » confie Siham dans un soupir. La jeune femme originaire du Maroc vit avec son mari et sa fille dans un studio de 14 m². « Maman Secours est le seul endroit où nous pouvons rencontrer d’autres personnes », ajoute-t-elle.

La dizaine d’enfants présents ce matin s’activent, concentrés sur leur jeu. Beaucoup d’entre eux vivent en hôtel, sans espace pour jouer. Maman Secours est donc devenu leur cour de récréation.

Causerie, détente et bien-être

« J’ai besoin de contacts. Ici, on peut parler. On partage notamment sur nos difficultés à élever seules nos enfants », dit Meite, mère de deux jumelles. « Même si souvent les femmes ont tendance à se regrouper par pays », observe Catherine, une mère nigériane. Un regret partagé par d’autres mamans.

Maman Secours, c’est également l’occasion de se détendre pour ces mères éprouvées par des conditions de vie difficiles et une responsabilité parentale lourde à porter.

Les bénévoles leur proposent régulièrement des sorties culturelles et des ateliers tels que le tricot, la coiffure ou encore la pose de vernis à ongles. Viviane, kinésithérapeute à la retraite, est quant à elle opérationnelle tous les jeudis pour proposer ses services.

Ainsi, un coin de la salle a été aménagé avec une table de massage. Ce matin, Prosper, 6 mois, a bénéficié d’une séance de kinésithérapie respiratoire pour désencombrer ses bronches. Sa maman, Nancy, s’est quant à elle détendue avec un massage de Viviane. C’est la première fois qu’elle vient à Maman Secours. Nul doute qu’elle reviendra.



« Retrouver de l’énergie »

Chrystel Mouysset , déléguée du Secours Catholique des Hauts-de-Seine  :

« Les mères seules composent la part la plus importante des personnes que nous accompagnons dans les Hauts-de-Seine. En 2013, elles représentaient 34 % des personnes que nous accueillons contre 25 % de couples avec enfants. Elles sont en majorité issues de l’immigration et rencontrent des difficultés pour obtenir un titre de séjour, un logement, et elles ont souvent du mal à répondre aux besoins de leurs enfants faute de moyens.

Au Secours Catholique des Hauts-de-Seine, au lieu de rencontrer la personne de manière individuelle, nous privilégions la rencontre en groupe et les projets collectifs car cela permet aux mamans – nos principaux interlocuteurs –, qu’elles soient seules ou non, de sortir d’une forme d’isolement sans avoir à raconter de façon répétitive leur histoire douloureuse.

L’objectif est de vivre des temps de convivialité et de bien-être, avec notamment des ateliers cuisine ou coiffure et des sorties culturelles. Cela permet à ces mères de retrouver de l’énergie et c’est seulement ensuite que nous étudions avec elles les droits et aides auxquels elles peuvent prétendre.

Nous les orientons alors vers d’autres équipes du Secours Catholique qui peuvent les aider, comme l’accueil Migrants pour une aide à l’obtention de leurs papiers ou l’une des six permanences Dalo (droit au logement opposable) présentes dans le département et animées par le Secours Catholique et d’autres associations locales. Nous essayons au maximum de construire nos projets avec les mères pour répondre au mieux à leurs besoins. »

Clémence Véran-Richard
Crédits photos: ©Xavier Schwebel / Secours Catholique
Deux mamies sourient bras-dessus bras-dessous
Plus d'informations
Lien social et lutte contre l'isolement
# sur le même thème