Roms : poursuite des expulsions dans l’Essonne

Publié le 05/04/2012
Essonne
 

Malgré le manque de solutions au relogement des familles, la préfecture de l’Essonne a procédé jeudi 5 avril à l’expulsion des occupants du bidonville de Massy. Une fois de plus, le Secours Catholique déplore le manque de concertation entre les pouvoirs publics et les associations.

Après l’expulsion des occupants des camps d’Évry et de Viry cet hiver, après celles d’Athis-Mons puis de Corbeil-Tarterêts tout récemment, et avant les démantèlements annoncés de Wissous et de Viry bidonville, c’était aujourd’hui, jeudi 5 avril, au tour du camp de Massy d’être démantelé.

À 6 heures du matin, les forces de l’ordre sont entrées en action pour évacuer les 147 adultes et les 53 enfants qui occupaient ce bidonville ayant été partiellement incendié la semaine dernière.

Incendies

La technique a fait ses preuves. Un incendie ravage une partie du camp. La police survient et constate qu’il n’est plus possible de vivre dans le camp. Le maire prend un arrêté de péril sanitaire et le préfet envoie la force publique.

Quelques habitants du camp sont formels. La nuit de l’incendie, ils ont vu quelqu’un lancer quelque chose depuis la route, peu avant que les premières maisons s’embrasent.

Les Roms ont intégré le processus. Mercredi 4 au soir, la plupart des habitants du camp s’étaient résignés à partir. Ils ont vraisemblablement rejoint les camps toujours debout, ceux de Wissous ou de Viry bidonville.

« Ils sont à peu près 1 000 Roms à vivre dans le département. La préfecture en a expulsé 3 000 en quelques années, c’est-à-dire que les forces de l’ordre ont expulsé trois fois les mêmes », explique Laurent Lurton, délégué du Secours Catholique de l’Essonne.

Population perpétuellement pourchassée

Laurent Lurton soutient que ces expulsions ne règlent rien. La population rom en Essonne reste stable. Elle est même en légère augmentation. En revanche, ces expulsions ont des conséquences dramatiques sur la scolarisation des enfants et rompent les parcours de médecine préventive, deux activités importantes pour les bénévoles du Secours Catholique de l’Essonne, menées dans le souci d’aider les populations roms à vivre dignement.

Depuis des mois, le Secours Catholique de l’Essonne appelle les pouvoirs publics, les communes, les services sociaux et les autres associations du département à se réunir pour trouver des solutions au problème de cette population perpétuellement pourchassée.

Pour Pâques (qui se trouve tomber cette année le 8 avril, journée internationale des Roms), la délégation du Secours Catholique offrira au préfet de l’Essonne le livre d’Evangéline Masson-Diez intitulé Micha, Elena et les autres, vies et visages des Roms en France (Éd. Lacurne).

crédit : SC Essonne
Deux femmes discutent
Plus d'informations
Migrants
# sur le même thème