Sans-abri : le Secours Catholique mobilisé par tous les temps

Publié le 06/12/2012
France
 

Alors que le gouvernement continue de lier température et solutions à la question des sans-abri, le Secours Catholique rappelle qu’une politique globale doit devenir la réponse publique constante.

Lundi 3 décembre, la ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, Cécile Duflot, a demandé par voie de presse à Mgr André Vingt-Trois, archevêque de Paris, de mettre les bâtiments inoccupés de l’Église à disposition de l’État pour accueillir les sans domicile fixe, toujours plus nombreux.

Dans la journée, le diocèse et l’archevêché ont répondu en rappelant qu’ils n’avaient pas attendu la sollicitation de la ministre pour être auprès des plus démunis de la capitale française.

Au-delà de la polémique

Au Secours Catholique, c’est l’hiver que nous n’attendons pas : la position est depuis longtemps de s’inscrire bien au-delà d’une politique à géométrie variable qui ne fonctionne pas.

Pour autant, face à l’urgence répétée chaque année, les délégations locales du Secours Catholique s’investissent avec les paroisses pour répondre aux situations mettant en danger la vie des sans-abri et des mal-logés.

Ainsi, en Seine-Saint-Denis, l’Église et le Secours Catholique travaillent main dans la main : du 1er décembre au 31 mars, toutes les paroisses seront invitées, sur la base du bénévolat, à offrir un accueil de nuit dans des salles paroissiales ou des appartements inoccupés.

L’Association des cités du Secours Catholique vient d’ouvrir un centre d’hébergement d’urgence (25 places) en région parisienne, avec le soutien des Filles de la Charité. Les bénédictines du monastère de Notre-Dame de Jouarre (Seine-et-Marne) viennent de céder, après cinq ans de procédures, une aile de 1 000 m² de leur monastère : [26 logements de réinsertion sociale (maison-relais) seront bientôt ouverts par le Secours Catholique, rappelle Le Figaro.

L’accompagnement sur le long terme

Comme le rappelle un article sur RTL, « un abri, pour l’Église, ce n’est pas seulement un endroit chaud et salubre. C’est un accueil complet : de la chaleur humaine, de la nourriture, un dialogue. Bref, une réponse plus riche et plus complexe qu’un simple gymnase ouvert par une mairie, quand le mercure descend en dessous de zéro. »

Et dans les délégations du Secours Catholique, cela se traduit par [des lieux ouverts été comme hiver, recevant des personnes sans domicile tout au long de la journée comme par exemple au « 11 bis » à Paris, qui propose « un accueil inconditionnel et anonyme, un petit déjeuner en première partie, des bénévoles à l’écoute, prêts à partager et à faire participer les personnes, des ateliers. » Parce que l’urgence pour les sans-abri dure toute l’année, pas uniquement la nuit, ni seulement par grand froid, comme le souligne Claude Bobey, délégué du Secours Catholique - Seine-Saint-Denis sur France Info :

 

Sophie Lebrun et Pascal Legrosse
crédit : Élodie Perriot/Secours Catholique
Logement
Plus d'informations
Sans-abri et mal logés
# sur le même thème