Syrie : Caritas fait face à une crise humanitaire sans précédent

Publié le 02/09/2013
Syrie
 

La Syrie, en proie à une guerre civile depuis plus de deux ans, vit ses heures les plus sombres.

En six mois, « la situation s’est considérablement détériorée », tant sur le plan économique que sécuritaire, note Caritas dans son dernier rapport.

Au-delà de la terreur provoquée par les combats qui ensanglantent le pays, les Syriens doivent faire face à une crise économique sans précédent. Le PIB est en chute libre, le tourisme est réduit à néant, les investissements et le commerce extérieur sont proches de zéro. Quant à la livre syrienne, elle s’est effondrée.

Se nourrir est devenu un casse-tête pour la majorité de Syriens. Le prix des produits de première nécessité a explosé - de 200 à 300% selon la presse officielle. Les fruits et les légumes sont devenus inaccessibles à une grande partie de la population.

Par ailleurs, l’afflux de personnes dans les principales villes du pays a provoqué d’importantes hausses des loyers. « La crise économique touche toutes les couches de la société. Les riches sont devenus classe moyenne, la classe moyenne est devenue pauvre, les pauvres sont devenus misérables », soulignait Mgr Audo, le président de Caritas Syrie, en juillet dernier.

État de choc

La situation sécuritaire s’est également « gravement détériorée » selon Caritas. « Dans de nombreuses régions, les employés n’ont plus la possibilité de se rendre sur leurs lieux de travail (…) ne pouvant de facto plus exercer d’activité professionnelle », souligne l’association. Les risques d’enlèvement ont augmenté, et depuis quelques mois, la communauté chrétienne est clairement une cible. Le 22 avril dernier, deux hauts dignitaires chrétiens ont été enlevés à Alep, marquant le début d’une série d’enlèvements et d’assassinats d’ecclésiastiques.

Une situation qui rend d’autant plus difficile le travail des équipes de Caritas, déjà affecté par les violents combats entre les forces gouvernementales et les rebelles, qui réduisent les possibilités de déplacement et ralentissent l’acheminement de l’aide.

Les besoins sont pourtant immenses. Selon les Nations Unies, le nombre de personnes nécessitant une aide humanitaire en Syrie est passé de 4 à 6,8 millions entre décembre 2012 et juin 2013.

Face à l’ampleur de la crise, les équipes de Caritas sont submergées par les demandes d’aide. L’assistance humanitaire se concentre sur les régions les plus affectées par le conflit : le Nord, le Sud et les régions de Homs et d’Alep. Son aide répond à cinq priorités : nourriture, médicaments, aide au loyer, scolarité et assistance aux personnes âgées.

Caritas a également mis en place cet hiver un important programme dans tout le pays. Près de 650 familles ont reçu une aide au loyer, et 1800 ont reçu un poêle ou une bouteille de gaz pour pouvoir se chauffer. Des couvertures et des habits chauds ont été distribués à des milliers de personnes dans le besoin.

Au-delà des conséquences matérielles, déjà très graves, Caritas insiste sur l’impact du conflit sur l’ensemble de la société « dont l’équilibre a complètement été remis en question ». Parmi les personnes déplacées, qui ont dû tout fuir, laissant une vie derrière eux, beaucoup sont en état de choc. Comment s’intégrer dans un milieu social et culturel dont on ne maitrise pas les codes ? Les femmes seules, notamment, se trouvent désemparées. Pour répondre à ces souffrances, les équipes de Caritas veillent à ce que les rencontres avec les personnes aidées laissent toujours une place essentielle à l’écoute.

Marina Bellot

Votre don, un soutien à l’action du Secours Catholique et de ses partenaires
© Greg E. Mathieson/Landov/Maxppp
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème