Témoignage : dormir dans les églises et les halls de gare

Publié le 31/01/2014
Témoignage : dormir dans les églises et les halls de gare
 

« Je suis en France depuis deux ans et demi. Ma femme et mes trois enfants sont au Nigéria où ils vivent cachés. La Cour nationale des demandeurs d’asile (CNDA) m’a accordé la protection subsidiaire en juillet. J’ai fui mon pays parce que mes oncles paternels ont tenté plusieurs fois de me tuer pour s’emparer de l’entreprise créée par mon père.

Fils unique, je travaillais depuis mes 19 ans avec mon père. À sa mort, mes oncles m’ont menacé, puis m’ont kidnappé. Comme je ne cédais pas, ils ont tenté de m’assassiner. Mon chauffeur a été tué par la balle qui m’était destinée. J’ai alors décidé de quitter le pays.

Arrivé en France, j’ai d’abord dormi dans les églises et les halls de gare. On m’a rapidement orienté vers le Cedre (le Centre d’entraide pour les demandeurs d’asile et les réfugiés, organisme du Secours Catholique situé à Paris, NDLR) qui m’a aidé à présenter mon dossier. Mon cas a été rejeté par l’Ofpra mais dix-huit mois après, la CNDA m’a accordé la protection subsidiaire. »

Propos recueillis par Jacques Duffaut


© Jacques Duffaut/Secours Catholique
Deux femmes discutent
Plus d'informations
Migrants
# sur le même thème