Tsunami : une mobilisation sans précédent

Publié le 26/12/2014
Indonésie, Sri Lanka, Thaïlande
Tsunami : une mobilisation sans précédent
 

Le 26 décembre 2004, un tsunami ravageait les rivages de l’Asie du sud-est provoquant un émoi et une générosité sans précédent ainsi que le plus important chantier de réhabilitation de l’histoire du Secours Catholique – Caritas France.

 

Il y a dix ans, les images tournées par les vidéastes amateurs sur les plages de Thaïlande, d’Indonésie ou du Sri Lanka faisaient le tour du monde. La technologie numérique révélait au monde entier ce qu’est un tsunami et quels ravages il pouvait provoquer. Des centaines de milliers de morts et de blessés, des millions de personnes affectées, des milliards d’euros de dégâts. La générosité publique fut à la hauteur de l’émotion suscitée. Le Secours Catholique – Caritas France recueillit spontanément 38 millions d’euros de ses donateurs.

Dans un souci d’efficacité, le Secours Catholique créa une unité spéciale afin de gérer au mieux ces dons. Le travail de l’unité Tsunami fut mené de concert avec le réseau Caritas et des partenaires locaux du Secours Catholique, avec pour objectif de répondre dans un premier temps à l’urgence de la situation : distribution de biens de première nécessité, mise en place de 15 600 abris temporaires et d’une aide psycho-sociale.

Ensuite, commença la construction de nouvelles maisons (26 800) et écoles (165), selon les normes antisismiques, tandis qu’étaient mis sur pied des programmes de relance économique (microcrédits, formations, achats de nouveaux bateaux de pêche et d’outils agricoles, etc.). Le Secours Catholique a ainsi aidé 230 000 personnes à retrouver une activité économique.

En cinq ans, les dons du Secours Catholique ont bénéficié à 1,4 million d’Indonésiens, d’Indiens et de Sri Lankais. Depuis, une Caritas indonésienne, Karina, a vu le jour. Les fonds "tsunami" épuisés, d’autres programmes de développement du Secours Catholique se poursuivent à partir de fonds distincts.

La qualité des constructions réalisées durant ces cinq premières années a rapidement été mise à l’épreuve. Le 30 septembre 2009, le séisme qui a frappé la région de Padang, sur l’île de Sumatra en Indonésie, n’a pas abimé les maisons reconstruites aux normes antisismiques et dans lesquelles vivent aujourd’hui plusieurs centaines de familles. Ces nouvelles normes, ajoutées aux systèmes d’alerte aux tsunamis, concourent à sécuriser la vie de ces habitants qui, depuis dix ans, essaient d’oublier la catastrophe de 2004.

 

 


 

 
Jacques Duffaut
©Patrick Nicholson/Caritas Internationalis
Caritas Jerusalem en soutien à Gaza
Plus d'informations
Situations d'urgence en France
# sur le même thème