Une chanson pour raconter les tourments des migrants

Publié le 11/03/2014
Essonne
 

Gaëtan Ziga, responsable de Young Caritas Essonne, a composé une chanson qui rend hommage aux migrants venus renouveler leurs papiers devant les préfectures et sous-préfectures.

 
Gaëtan Ziga chante

Gaëtan Ziga chante « Rue de la tête noire »

 

Gaëtan Ziga, 31 ans, n’est pas seulement responsable de Young Caritas Essonne. Il est aussi auteur-compositeur-interprète. Ses rencontres avec les migrants qui attendent toute la nuit devant la sous-préfecture de Palaiseau pour renouveler leurs papiers lui ont inspiré une chanson : Rue de la tête noire. Sa création est tout à la fois un hommage à ces migrants condamnés à l’attente et un moyen poétique de braquer les projecteurs sur une situation qu’il déplore.

« La musique donne un autre sens à ma lutte, c’est une sorte de reflet de mon être, expliquait Gaëtan au site Essonne Info. Pour moi, c’est aussi comme une sorte de retour vers mes origines camerounaises. »

Rue de la tête noire fait aussi bien référence aux nombreux immigrés venus du continent africain qu’aux pensées sombres qui peuvent les traverser dans les moments de doutes.

Les embûches sont nombreuses pour les migrants qui décident de partir vers l’Europe. Aucune, ou presque, n’est éludée par Gaëtan. Extrait : « Le passeur m’avait dit : "tu verras mon enfant. L’argent est ton passeport pour l’égalité." Le passeur m’a trompé. Dans l’illégalité, pas de papiers, pas de liberté. Pas de liberté sans l’égalité, pas d’égalité sans liberté. Rue de la tête noire, j’ai trouvé la fraternité. »

Pierre Wolf-Mandroux
Deux femmes discutent
Plus d'informations
Migrants
# sur le même thème