Allier : des téléphones contre l’isolement

Publié le 22/10/2014
Allier
Allier : des téléphones contre l’isolement
 

« Nous nous sommes inspirés d’une initiative lancée par le Centre communal d’action sociale (CCAS) de Bellerive-sur-Allier, en périphérie de Vichy », raconte Alix Daudruy, déléguée du Secours Catholique de l’Allier. Le principe est simple. Des bénévoles et des salariés du CCAS ont un rendez-vous téléphonique hebdomadaire toujours le même jour à la même heure avec une personne isolée. En amont, ils ont reçu des formations afin d’être le plus à même de répondre aux besoins de ces personnes. « Lorsque nous avons découvert cette formidable initiative, il nous a semblé qu’elle était transposable n’importe où et l’avons lancé en milieu rural », affirme Alix Daudruy. L’appel Caritas nait donc à l’été 2012.

Un service adressé aux personnes âgées

Les personnes appelées sont essentiellement des personnes âgées. « Nous avons limité notre offre à ce public car nous estimions ne pas être aptes à répondre à tous les besoins, notamment psychiatriques », explique Stéphane Biccheri, animateur à la délégation. Et pour cause, dès les deux premiers mois, les deux bénévoles d’Appel Caritas ont désamorcé deux tentatives de suicide. Une charge psychologique trop lourde à assumer pour que le service soit ouvert à tous les cas d’isolement, psychiatrique ou non, et qui a provoqué l’abandon de plusieurs bénévoles réduisant l’équipe d’Appel Caritas à deux personnes.

L’équipe du Secours Catholique rend visite une ou deux fois à la personne demandeuse avant de mettre en place le service téléphonique. « Cela permet de connaître ses conditions de vie, de prendre connaissance avec son environnement et les gens qu’elle côtoie », explique Stéphane Biccheri.

Condition obligatoire : transmettre les coordonnées d’un proche ou d’une connaissance habitant non loin. « Cela nous permet de vérifier si tout va bien dans le cas où la personne ne répond pas au téléphone à l’heure du rendez-vous hebdomadaire », explique l’animateur. De même, le Samu, les pompiers et le médecin généraliste sont prévenus de la mise en place de ce service et du recours éventuel à leurs services.

L’écoute téléphonique favorise la confidence

Lorsqu’on demande si la mise en place de ce service téléphonique ne se fait pas au détriment des visites à domicile, Stéphane Biccheri est catégorique. « Ces deux services ne sont pas comparables. L’écoute téléphonique ne dispense pas de visite à domicile. Nous conseillons d’ailleurs les personnes appelées à avoir également recours à ce service », affirme-t-il. Pour l’une des bénévoles qui, pour des raisons personnelles, avait du arrêter de visiter deux personnes à domicile, cela a été l’occasion de reprendre le contact.

« C’est un service qui se veut très discret et presque anonyme, entrainant ainsi une mise en confiance rapide. Les discussions vont plus loin que lors d’une visite à domicile. Les personnes se confient plus facilement », assure Stéphane Biccheri. Un constat partagé par les deux bénévoles d’Appel Caritas, anciennement visiteuses à domicile.

Clémence Véran-Richard

Pour en savoir plus sur les actions du Secours Catholique dans l’Allier ou pour devenir bénévole pour Appel Caritas, rendez-vous sur le site internet allier.secours-catholique.org.

© Bep/La Provence/MaxPPP
Deux mamies sourient bras-dessus bras-dessous
Plus d'informations
Lien social et lutte contre l'isolement
# sur le même thème