Assise : l’appel au « dépouillement » du pape

Publié le 04/10/2013
Assise
 

Pour célébrer l’anniversaire de François d’Assise, le pape est, ce vendredi 4 octobre, dans la ville du saint patron dont il porte le nom. Au programme : rencontre de personnes en situation de pauvreté accueillies par la Caritas locale et temps de prière. Pour François Soulage, président du Secours Catholique-Caritas France, le Saint Père continue ainsi à nous inviter à une vie axée sur le dépouillement.

Aujourd’hui, à Assise, le pape François lance un appel au « dépouillement » de l’Église. Beaucoup y voient un appel à la pauvreté matérielle qui ne serait pas la règle générale dans l’Église. Pour ma part, j’y vois une autre signification : l’Église, c’est d’abord et avant tout nous, les chrétiens, pauvres et riches, malades ou bien-portants, en emploi ou au chômage, jeunes et vieux.

La question du dépouillement touche ainsi chacun d’entre nous qui constitue cette Église, et non seulement l’institution et ses servants : pape, évêques et prêtres.

Partager

Nos richesses, aux uns et aux autres, prennent diverses formes. Nous possédons des biens matériels mais aussi du savoir et du pouvoir. Se dépouiller, en termes de savoir, n’est-ce pas partager ce que nous savons avec ceux qui n’ont pas eu la chance d’acquérir un patrimoine culturel suffisant ?

Se dépouiller d’une part de son pouvoir, n’est-ce pas accepter le débat contradictoire, l’accueil d’opinions diverses et le jeu de la démocratie ?

N’est-ce pas aussi, en Église, bousculer un certain nombre de situations qui empêchent beaucoup de personnes de vivre pleinement leur foi chrétienne ?

Enfin, concernant les richesses matérielles, il ne suffit pas de renoncer - c’est déjà difficile - à une part de ce que l’on possède, il faut aussi s’interroger sur l’origine de ces richesses.

Une démarche éthique

Cela ouvre la voie à de profondes réflexions sur la démarche éthique et responsable dans les affaires, dans la gestion de l’épargne, l’utilisation de biens publics.

Le dépouillement est une démarche de fond sur laquelle le pape interroge chacun d’entre nous. Le Secours Catholique s’implique totalement dans cette démarche qui rejoint sa volonté de s’associer avec les plus pauvres et les plus fragiles.

En appelant à un plus grand dépouillement de l’Église, le pape inscrit bien la démarche“Diaconia 2013 : servir la fraternité, que nous venons de vivre, dans une perspective de changement profond de ce que veut dire “être chrétien aujourd’hui”.

François Soulage
© Crocchioni/Pool/Epa/Maxppp
Procession de Lourdes
Plus d'informations
Spiritualité
# sur le même thème