Assomption : Marie parle aux personnes en précarité

Publié le 15/08/2013
Var
Assomption : Marie parle aux personnes en précarité
 

Martine Fernet, adjointe de l’aumônier de la délégation varoise du Secours Catholique, accompagne depuis quatre ans des groupes de personnes en précarité qui se retrouvent pour lire et commenter l’Evangile une fois par mois.

Que représente Marie pour vous ?

Dans ma vie, j’ai vécu de grosses galères. Jeune et avec quatre enfants, j’ai été abandonnée par mon mari. Puis j’ai connu la rue, la drogue, l’alcool… Ma mère m’avait transmis sa foi pour Marie et chaque fois que je devais –faute de ressources– placer mes enfants à la DDASS, je les confiais à la Sainte Vierge.

Puis, j’ai perdu un fils qui avait 20 ans. Je me suis détournée de Dieu et Marie. C’était trop lourd. Un jour, dans un jardin, j’ai aperçu une vieille statue de Marie, abimée. Devant elle, j’ai réalisé que nous étions très proches : nous avions toutes les deux perdu un enfant.

Pourquoi la figure de Marie touche-t-elle les personnes en précarité ?

C’est la femme dans l’excellence, par son humilité et sa simplicité. Elle nous comprend dans notre humanité. À 15 ans, enceinte, elle s’abandonne à Dieu, elle assume d’être une mère célibataire à une époque où ça ne devait pas être facile. Son histoire inspire car elle a pris un risque énorme pour nous donner son Fils. Quand il y a des choses que l’on ne sait pas trop dire à Dieu, elle s’en saisit et porte notre cause pour nous défendre auprès de Jésus et de Dieu. Elle est une médiatrice entre eux et nous ; elle est notre avocate.

Et les personnes blessées savent qu’elles peuvent s’adresser à Marie grâce à Lourdes. Lors d’un Voyage de l’Espérance qui rassemblait des personnes en précarité dans ce sanctuaire marial, j’ai vu combien ces pèlerins étaient touchés par cette mère de Dieu qui s’est présentée à Bernadette, une petite fille fragile, malade et pauvre comme eux.

Lourdes est d’ailleurs le lieu où le réseau Saint Laurent, qui rassemble des groupes de partage de l’Évangile composés de personnes en précarité, est né.

En effet, en 2005, nous nous sommes retrouvés autour des 50 ans de la cité Saint-Pierre du Secours Catholique, qui accueille des groupes de pèlerins de toutes origines sociales durant l’année. Les groupes qui se sont investis dans le réseau Saint Laurent sont des structures qui veulent donner une place à la spiritualité des pauvres. Ils essaient être un lieu d’Église pour les personnes précaires ou en souffrance, leur ouvrir un espace pour vivre un chemin de foi.

Il rassemble diverses associations comme Magdala, le Sappel, Au Captif la Libération ou encore la Fraternité Saint Laurent qui a inspiré la création des groupes de partage de l’Évangile du Secours Catholique du Var.

En quoi Marie a inspiré ces groupes ?

Les participants aux groupes du réseau Saint Laurent –dont font partie les deux groupes du Secours Catholique du Var auxquels je participe– se sont donné un thème : la visitation. Ils s’appuient sur l’extrait de l’Évangile de Saint Luc (1, 39-45) racontant la visite de la Sainte Vierge enceinte à sa cousine Élisabeth. La visitation, ce sont deux femmes qui se rencontrent et partagent une joie : Marie nous invite à faire de même.

Et c’est ce que nous faisons dans nos groupes, en nous réunissant une fois par mois environ. Nous prenons alors un texte de l’Évangile, nous le proclamons puis nous faisons silence. Enfin, nous échangeons sur ce que l’on pense que Jésus a voulu dire et en quoi cela résonne dans notre vie.

Sophie Lebrun
© DR
Procession de Lourdes
Plus d'informations
Spiritualité
# sur le même thème