Brazzaville : Caritas auprès des sinistrés de l’explosion

Publié le 16/03/2012
Congo Brazzaville
 

Le Secours Catholique apporte son soutien financier à Caritas Congo qui, depuis l’explosion du 4 mars dans un dépôt de munitions, est au chevet de milliers de personnes à la rue.

La série d’explosions qui a soufflé le quartier Mpila, dans l’est de Brazzaville, le 4 mars entre 8 h et 10 h 45, a fait 223 morts, plus de 2 300 blessés et 14 000 sans-abri dont les habitations ont été détruites. Les déflagrations ont été d’une intensité telles durant ces trois heures que des vitres ont été brisées jusqu’à 15 kilomètres de distance et même jusqu’à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, de l’autre côté du fleuve Congo.

Il s’agit du plus meurtrier accident de ce type, dans des dépôts d’armes et de munitions, depuis dix ans dans le monde. L’accident serait dû à un court-circuit qui aurait provoqué un incendie.

Camper dans la rue

Caritas Congo s’est portée immédiatement sur les lieux de la catastrophe. Les gens dont les maisons ont été entièrement détruites n’ont pas eu d’autre choix que de camper dans la rue. Au début sans manger ni boire. Les écoles du quartier ont été détruites. Des milliers d’élèves ne peuvent pas actuellement être scolarisés.

Devant l’ampleur de l’aide d’urgence à apporter, Caritas Internationalis a relayé l’appel d’urgence de Caritas Congo. Le programme établi par la Caritas nationale et la Caritas Brazzaville permet, sur une période de trois mois, de subvenir aux besoins élémentaires et de trouver les moyens de scolariser à nouveau les enfants.

1 400 familles les plus démunies

Les 7 000 bénéficiaires de ce programme appartiennent aux 1 400 familles les plus démunies. La nourriture distribuée par Caritas est fournie par le Programme alimentaire mondial (PAM). Les fonds propres et collectés auprès du réseau international permettent à Caritas de distribuer des produits d’hygiène achetés localement : savon, linge de rechange, ustensiles de cuisine, bidons, moustiquaires imprégnées. L’hygiène dans ces campements de fortune est essentielle pour prévenir les maladies. Une fois l’urgence passée, Caritas aidera les sinistrés à réhabiliter leurs maisons.

La contribution financière du Secours Catholique à ce programme d’urgence s’élève à 15 000 euros.

 

Jacques Duffaut
© Alon Skuy/Epa/Maxppp
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème