Élections 2012 : Éva Joly rencontre des personnes du Secours Catholique

Publié le 09/02/2012
Élections 2012 : Éva Joly rencontre des personnes du Secours Catholique
 

Première candidate à l’élection présidentielle à avoir répondu à l’invitation du Secours Catholique, Éva Joly s’est entretenue pendant deux heures jeudi 9 février avec des personnes en situation de précarité.

Loin des caméras et des micros, Éva Joly a rencontré jeudi 9 février, quatre personnes accompagnées par le Secours Catholique, dans un local du 19e arrondissement de Paris, rue d’Aubervilliers. Accompagnée de deux collaboratrices, l’eurodéputée a été accueillie par François Soulage, président du Secours Catholique, et Bernard Thibaud, secrétaire général de l’association.

Des mots poignants sur des situations intolérables

Reine et Martine, venues de Montauban et de Rodez pour parler à la chef de file des écologistes, ont décrit les injustices qu’elles côtoient et vivent au quotidien. La Malienne Z. et le Camerounais D. avaient accepté de témoigner anonymement, au nom de tous les étrangers en situation irrégulière. Après les avoir écoutés avec beaucoup d’empathie, Éva Joly a répondu : « vous mettez des mots très poignants sur des situations qui sont absolument intolérables ». À son tour, la candidate écologiste a su trouver les mots pour persuader ses interlocuteurs que toutes les propositions du programme écologiste avaient des dimensions humaines.

Le RSA socle augmenterait de 235 euros

Parmi ces propositions : pénaliser le non-respect du quota minimal de logements sociaux, de la parité ou du travail des personnes handicapées en infligeant des amendes et en retirant l’aide publique. Une autre disposition prévoit de construire et de rénover des logements pour relancer l’emploi et réduire les émissions de gaz à effet de serre. Parmi ces mesures, les participants auront noté l’augmentation de 50 % de tous les minima sociaux. À titre d’exemple, le RSA socle augmenterait de 235 euros par mois.

L’immigration accroît la richesse nationale

Concernant la situation des migrants, Éva Joly a déploré que la situation décrite aujourd’hui soit celle voulue par le gouvernement. « Arrêter la migration est néfaste pour les sociétés européennes, a-t-elle pu dire. L’immigration accroît la richesse nationale et fait du bien au pays d’origine grâce à l’argent envoyé par les migrants. » L’élue écologiste propose de régulariser « tous les sans-papiers [présents] en France depuis au moins cinq ans ».

Les propositions des candidats à la présidentielle

« L’idée d’une société plus fraternelle, plus inclusive, plus respectueuse est partout dans mon programme », a insisté Mme Joly, qui a relevé une certaine parenté entre son programme et l’action du Secours Catholique. L’ancienne juge d’instruction semble avoir beaucoup apprécié le slogan « Heureux les pauvres car ils iront au paradis. Sauf s’il est fiscal ». Ce slogan est utilisé (avec une dizaine d’autres sur des affiches et des autocollants) pour interpeller l’opinion sur les problèmes de la pauvreté en France et connaître les réponses proposées par les différents candidats à l’élection présidentielle.

Le prochain candidat à l’élection présidentielle invité à écouter les personnes accompagnées par le Secours Catholique devrait être M. François Bayrou, le 22 février.

Le Secours Catholique a voulu initier une démarche essentielle pour ne pas parler à la place des personnes qu’il accompagne, en leur permettant de faire entendre directement leur parole auprès des candidats à la fonction suprême.

 

Jacques Duffaut
crédit : Élodie Perriot/Secours Catholique
La Délégation de Lille revendique les droits des plus fragiles
Plus d'informations
Prises de position et expertises
# sur le même thème