Exhortation apostolique : la joie de l’Évangile des pauvres

Publié le 31/12/2013
Monde
 

Le pape François a rendu publique sa première exhortation apostolique le 26 novembre, « La joie de l’Évangile ». Le père Dominique Fontaine, aumônier général du Secours Catholique, salue cette réflexion qui nous invite à placer les pauvres au cœur de l’Église.

L’année 2013 aura été marquée dans l’Église en France par un événement qui aura été bien moins médiatisé que le débat sur le mariage, mais qui aura marqué une grande nouveauté : le rassemblement Diaconia à Lourdes à l’Ascension. Pour la première fois certainement, des pauvres auront été au centre de la préparation et au cœur d’un rassemblement de toute l’Église catholique en France. Et quand on met ainsi les plus pauvres au centre, et même au cœur, on se met à découvrir l’Évangile autrement, on vit une vraie conversion. Les 12 000 participants au rassemblement en ont été les témoins émerveillés.

Et voici qu’en décembre le pape François confirme cette conversion en publiant son exhortation apostolique « La joie de l’Évangile ». Il nous dit en substance que cette joie trouve sa source dans l’attitude de Jésus : « Jésus tressaille de joie sous l’action de l’Esprit-Saint et loue le Père car sa révélation rejoint les pauvres. Les pauvres ont une place de choix dans le cœur de Dieu. Je désire une Église pauvre pour les pauvres. Ils ont beaucoup à nous enseigner. Par leurs souffrances ils connaissent le Christ souffrant. Laissons-nous évangéliser par eux. Mettons-les au centre du cheminement de l’Église. Accueillons la mystérieuse sagesse que Dieu veut nous communiquer à travers eux. »

Ces phrases sont, me semble-t-il, le fil conducteur de cette longue exhortation apostolique.

« Merci de nous aider à nous en sortir, mais pourquoi vous ne nous parlez jamais de Dieu ? »

Une phrase en particulier m’a frappé : « Je veux dire avec douleur que la pire discrimination dont souffrent les pauvres est le manque d’attention spirituelle » (n° 200). Effectivement, face à des personnes en grande précarité, même au Secours Catholique, nous avons souvent tendance à ne voir que leur situation matérielle, sociale, et parfois psychologique. Et pourtant, quand nous créons une relation avec elles, nous sentons peu à peu combien la dimension spirituelle est essentielle dans leur vie. Chez ces personnes, il y a de la foi, qu’elle soit chrétienne, musulmane, ou une foi en la vie plus forte que les épreuves qu’elles subissent. Même si, bien sûr, elles connaissent de grands moments de découragement et de révolte. Le groupe « Place et parole des pauvres », qui a animé le rassemblement Diaconia, comprenait des gens issus de différents groupes de personnes en situation de précarité qui se rencontrent pour lire l’Évangile. Or la plupart de ces groupes ont commencé un jour à partir d’une remarque comme celle-ci : « Merci de nous aider à nous en sortir, mais pourquoi vous ne nous parlez jamais de Dieu ? »

Quand le pape souhaite une Église pauvre pour les pauvres, ce n’est pas une Église qui serait réservée aux pauvres. C’est une Église où les pauvres seraient au cœur, car ils sont, comme il l’a dit à Lampedusa, « la chair du Christ », ils sont avec Lui « la pierre rejetée par les bâtisseurs qui est devenue la pierre d’angle » (Ps 117). La nouvelle évangélisation, pour le pape François, passe par la découverte que cette parole de Jésus est vraie : « la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres ». Et ensuite que l’Évangile est annoncé à partir des pauvres et par les pauvres. Écoutons-les.

Père Dominique Fontaine
« La joie de l’Évangile » - Exhortation papale
Procession de Lourdes
Plus d'informations
Spiritualité
# sur le même thème