Haïti : logements « parasismiques » et emplois avicoles

Publié le 29/10/2012
Haïti
Haïti : logements « parasismiques » et emplois avicoles
 

Le chantier de 40 logements sociaux lancé dans cette ville, avec le soutien du Secours Catholique, par la Fondation haïtienne pour le relèvement et le développement (FHRD) a démarré le 1er septembre 2012 et devrait s’achever le 28 février 2014. Quarante familles sinistrées (soit 230 à 240 personnes), souvent monoparentales et au revenu très faible, seront ainsi petit à petit relogées dans des bâtiments respectant les normes parasismiques et anticycloniques en vigueur.

S’appuyer sur le savoir-faire local

Les techniciens de la Fondation d’inspiration catholique suivent les travaux depuis la fabrication des parpaings jusqu’à la construction elle-même. Pour que l’habitat résiste durablement aux conséquences des catastrophes s’abattant souvent sur Haïti, ils bâtissent du solide, en s’appuyant sur le savoir-faire local, voire en le perfectionnant. L’enjeu est considérable dans la mesure où, pour la seule année 2008, quatre ouragans ont provoqué dans le pays la mort d’environ 2 000 personnes et endommagé 100 000 maisons, selon l’ONG SED (Santé-Éducation-Développement).

Propriétaires au bout de dix ans

Le projet présente deux originalités. D’une part, le volet maintien dans le logement : permettre aux 40 familles « locataires », comme les appelle la FHRD, de devenir propriétaires au bout de dix ans. Il n’est pas question ici d’accéder à la propriété en contractant un prêt, mais au contraire en apportant des matériaux au moment de la construction, en participant à celle-ci, ou en payant un loyer. D’autre part, le volet microéconomique : 10 familles de fermiers (environ 60 personnes), choisies pour leurs compétences en aviculture, développent une production avicole.

Des oies, des pintades et des canards vendus aux hôteliers

À cet effet, il est prévu de recruter en qualité de conseiller technique un spécialiste de l’aviculture, d’aménager une salle d’incubation pour le gibier à plumes, d’autres salles pour l’élevage de la volaille, d’installer un abattoir, d’acheter du matériel d’élevage et d’abattage, un réfrigérateur, un congélateur et de vendre oies, canards, pintades, dindes sauvages… sur le marché de Croix-des-Bouquets à des restaurateurs et des hôteliers. Cette production devrait entraîner la création de 6 à 8 emplois parmi les fermiers.

Le budget global de l’opération s’élève à 906 429 euros. Le Secours Catholique y contribue à hauteur de 442 312 euros.

© Sophia Paris/UN/Handout/Maxppp
Caritas Jerusalem en soutien à Gaza
Plus d'informations
Situations d'urgence en France
# sur le même thème