La nécessité d’une richesse spirituelle et humaine

Publié le 09/03/2015
Alpes-Maritimes, Manche, Val-d'Oise
La nécessité d’une richesse spirituelle et humaine
 

Pour rompre l’isolement et répondre à la quête spirituelle des plus exclus, les délégations du Secours Catholiques-Caritas France multiplient les occasions de renouer les liens humains au sein des paroisses et proposent repas conviviaux et temps de partage de la Parole, dans le dialogue et le respect des différences et des richesses spirituelles.

À travers son action, le Secours Catholique-Caritas France, en tant que mouvement d’Église, favorise la recherche de sens et un cheminement spirituel respectueux de chaque individu. Dans le respect des opinions et des religions de chacun, l’association invite les acteurs à partager leurs valeurs, convictions, foi et spiritualités dans un dialogue ouvert à tous.

Dans La Manche, à Saint-Lô, l’équipe du Secours Catholique et la paroisse Saint-Jean-Eudes dans un souci commun de solidarité multiplient les occasions de partager la parole de Dieu créant encore une fois un lien humain et spirituel. Se rencontrent des personnes aux multiples fragilités – pauvretés, précarités, timidités – dans un espace d’accueil où chacun peut, tour à tour, se sentir animateur et animé, invitant et invité...

Les questions spirituelles sont abordées simplement. Entre bénévoles et accueillis qui aujourd’hui participent de plus en plus à la vie du Secours Catholique, avant le démarrage d’une réunion ou d’un repas peut s’ouvrir un temps de paroles, de relecture des actions de l’équipe à la lumière de l’Évangile.

Conscients de l’appartenance à la religion musulmane d’un certain nombre de personnes dans nos accueils, des formations adaptées aident les bénévoles à la rencontre, au dialogue et au respect des différences et des richesses spirituelles. Pour apprendre « à changer de regard, quelquefois trop sévère… car il ne suffit pas d’ouvrir notre porte il nous faut aussi ouvrir nos cœurs » confiait Patrick, diacre du Pays-Saint-Lois.

Repas partagés au sein des paroisses

Les équipes du Secours Catholique constatent que la pauvreté ne se limite pas au manque d’argent, mais touche aussi ceux qui manquent de proches amis ou famille. Elle est l’illustration d’une misère affective. Être pauvre, c’est aussi souffrir de solitude. Face à ce constat, le Secours Catholique met en place avec les paroisses des tables paroissiales ouvertes à tous.

« Nous souhaitons développer la convivialité dans nos actions ainsi qu’une dynamique paroissiale. Cela répond au souhait de certains prêtres d’ouvrir leur paroisse à la solidarité », explique Michel du Secours Catholique des Alpes-Maritimes. Quatre paroisses ont ainsi proposé à leur communauté – personnes isolées ou âgées souvent accompagnées par les équipes du Secours Catholique – et aux habitants du quartier de partager un dîner mensuel qui peut réunir jusqu’à 50 personnes.

Le père Lopez dont la paroisse a accueilli les premières tables ouvertes du diocèse, souligne les fruits de ces rencontres : « Cela a modifié la perception des paroissiens sur les personnes en errance croisées à la sortie de l’église. Cela a créé du lien et a permis la compréhension des réalités différentes, la rencontre de personnes étrangères, d’étudiants en difficulté. »

Trouver sa place

Colette, convive assidue, confirme : « Cela m’ouvre sur un monde que je ne connais pas forcément. Ce mélange des âges, des cultures est très enrichissant. Chacun s’accepte comme il est et apporte quelque chose. » « Pour des personnes qui peuvent vivre des situations difficiles, ces soirées sont l’occasion de s’intégrer dans un groupe et d’y trouver sa place », conclut Michel.

Dans le Val-d’Oise, face aux pauvretés qui ne se montrent guère, les bénévoles nouent avec ceux qu’ils accueillent une relation pour que s’expriment leurs difficultés et rompre là encore leur isolement. Attentifs, disponibles dans l’échange, les bénévoles reconnaissent celui qui a besoin d’être épaulé et redonnent confiance en développant des temps conviviaux.

À Magny, chaque jeudi soir, la "table ouverte paroissiale" rassemble une vingtaine de personnes. Ces rendez-vous hebdomadaires, nés du souhait d’un jeune en errance de partager des repas avec d’autres, offrent l’occasion d’échanges divers, philosophiques, spirituels, amicaux...

Ainsi, sur le chemin de la fraternité, les équipes rassemblent personnes fragilisées et bénévoles « car il n’y a pas de pauvres ou de riches, mais des frères et des sœurs qui sont appelés à vivre et à grandir ensemble en s’enrichissant mutuellement », expliquait Yoann après le rassemblement Diaconia à Lourdes en 2013.

Marie-Hélène Content
Crédits photos: © Christophe Hargoues/Secours Catholique
Procession de Lourdes
Plus d'informations
Spiritualité
# sur le même thème