Le legs d’Inès Clouzot vendu aux enchères

Publié le 02/12/2012
France
 

La collection d’Inès et Henri-Georges Clouzot a été dispersée par Christie’s samedi  1er décembre à Paris. Le Secours Catholique, légataire d’Inès Clouzot, recevra 3,7 millions d’euros.

La société de vente aux enchères Christie’s a proposé à un public d’acheteurs, samedi 1er décembre dans ses locaux de l’avenue Matignon, soixante tableaux qu’Henri-Georges Clouzot possédait avant sa mort, en 1977. Son épouse, qui avait approché le Secours Catholique quelques mois avant sa propre disparition, survenue en février 2011, avait souhaité que l’argent des biens hérités du cinéaste bénéficie aux personnes les plus défavorisées en France et dans le monde.

C’est ce qu’a rappelé Bernard Thibaud, secrétaire général du Secours Catholique, qui dans une sobre et courte introduction à la vente, a rendu hommage à Inès Clouzot et expliqué aux adjudicateurs et aux potentiels acquéreurs le sens de ce legs.

Les soixante tableaux et dessins ont tous trouvé preneurs. Une majorité de ces œuvres d’art a dépassé les estimations (notamment les trois Bernard Buffet ou encore une des « boîtes » de l’Américaine Louise Nevelson), mais une douzaine est partie au-dessous du prix du marché (dont les deux tableaux du Catalan Antoni Tàpies). Parmi ces tableaux tous remarquables soit pour avoir été achetés par le cinéaste, lui-même peintre à ses heures, soit pour lui avoir été donnés par ses amis artistes, la pièce maîtresse de cette collection, Femina dulce malum (Corps de dame taché de rouille et de lilas) de Jean Dubuffet, a été adjugée à 1 300 000 euros (hors frais), un prix conforme aux estimations.

L’ensemble de cette collection a généré 3,72 millions qui seront affectés aux programmes de l’association caritative.

Le Secours Catholique reçoit chaque année une trentaine de millions d’euros de legs.

Jacques Duffaut
crédit : Elodie Perriot/Secours Catholique
Notre organisation
Plus d'informations
Notre organisation
# sur le même thème