Le pape lance l’Année de la foi

Publié le 11/10/2012
Monde
 

Pour redonner un nouveau souffle à l’Église, le souverain pontife lance une Année de la foi, cinquante ans après Vatican II.

En plein synode, inauguré dimanche 7 octobre et dont les travaux portent sur la « nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne », Benoît XVI a souhaité, le jeudi 11 octobre, marquer le cinquantenaire du concile Vatican II en ouvrant une année de la foi. Un moment privilégié qui devrait permettre à l’Église certaines réorientations.

Entourés de 250 évêques choisis par les conférences épiscopales et une centaine d’experts et d’auditeurs venus de toute la planète, le souverain pontife, qui a insisté mercredi sur la « continuité » de l’Église post-concile avec la tradition, entend redonner un souffle neuf aux catholiques du monde entier.

L’évangélisation commence par une réflexion intérieure

Michel Roy, secrétaire général de Caritas Internationalis et ancien directeur du Secours Catholique, est un des auditeurs à ce synode où il fera entendre la voix de la plus grande ONG catholique. « L’évangélisation intervient par le témoignage, indique-t-il, comme dans les voyages de l’Espérance ou les actions avec les pauvres. » Michel Roy rapporte aussi les propos du Saint-Père pour qui « l’évangélisation commence par une réflexion intérieure. »

Selon Michel Roy, « cette volonté de redonner un souffle nouveau à l’annonce de la foi intervient dans un contexte où la sécularisation a gagné du terrain, où le consumérisme fait tache sur l’ensemble de la planète, où la société promeut l’individualisme et où les solidarités traditionnelles disparaissent. »

La foi redonne de l’esprit

« La foi redonne de l’esprit aux sociétés qui en ont besoin, poursuit le secrétaire général de Caritas Internationalis, pour recréer du lien social, de la solidarité. Ce synode va donc donner des outils, des orientations nouvelles à l’Église. »

Sans protocole, les évêques débattent dans une ambiance fraternelle. Ils appellent à ne pas gommer les efforts d’évangélisation entrepris. Certains appellent à une nouvelle humilité. « La mission de l’Église est de proposer humblement, et non pas d’imposer avec orgueil », a pu dire un évêque philippin. Mgr Claude Dagens, évêque d’Angoulême, a quant à lui déclaré : « Le but de l’Église, ce n’est pas l’Église mais la rencontre des hommes avec le Dieu vivant. Il ne s’agit donc pas seulement d’être présents au monde, mais d’être du Christ pour le monde. »

 

M.B. - J.D.
© Fabio Frustaci/Eidon/Maxppp
Procession de Lourdes
Plus d'informations
Spiritualité
# sur le même thème