Le partage spirituel, une rencontre

Publié le 07/05/2013
Le partage spirituel, une rencontre
 

Au Secours Catholique, plusieurs groupes de partage d’Évangile accueillent des personnes en situation de précarité et des bénévoles. Ils rejoignent ainsi d’autres initiatives spirituelles proposées aux pauvres présentes dans toute la France.

Dans la petite chapelle du centre diocésain Le Mistral, à Marseille, Alexandre attrape sa guitare. Autour de lui, Jean-Claude, Mireille, Maryse, Henri, Jean-Pierre et Danielle ouvrent leur carnet de chant. Depuis deux ans, ce petit groupe de personnes, bénévoles et accueillies du Secours Catholique, se retrouve chaque mois pour un partage d’Évangile.

Après quelques chants, le texte du jour est lu : un extrait de Jean, parlant d’un homme handicapé qui attend depuis trente-huit ans un miracle près de la piscine de Béthesda, mais se fait toujours devancer ; Jésus lui propose de le guérir et le fait (1).

Petit à petit, le dialogue se noue : ne pouvait-il pas faire plus pour obtenir un miracle ? Demande-t-il vraiment de l’aide à Jésus ? « Ce n’est pas évident de dire que l’on a besoin d’aide », observe Jean-Claude.

Mireille ajoute : « Pour moi la vie n’a pas été simple, j’ai perdu mon mari et les épreuves n’ont pas manqué… mais Dieu nous demande d’avancer. Et il est là, avec nous, pour cela. » Cette belle femme en robe d’un rouge chatoyant participe au groupe depuis sa création : « Le spirituel a une grande place dans ma vie. C’est Dieu qui me donne ma force. »

Jean-Pierre s’investit pour la première fois dans ce genre d’initiative spirituelle. « C’est un complément pour mieux comprendre la parole du Seigneur », dit-il avant confier : « Parfois, je vais dans une église vide pour dire mon chapelet, mais il est arrivé que le prêtre me demande de partir car un baptême va avoir lieu ou une cérémonie de mariage… » Dans ce groupe de partage de la parole de Dieu, chacun prend le temps de prier aussi longtemps qu’il le souhaite.

Pierre d’angle

En France, il existe des centaines de lieux comme celui-là où les personnes démunies échangent, avec d’autres, autour de la Bible. Beaucoup sont regroupés au sein du réseau Saint-Laurent. C’est le cas du groupe “La pierre d’angle” de Chalon-sur-Saône. Dans ce dernier, la rencontre du mois de mars a été marquée par un événement : le prêtre de la paroisse où se rejoignent les membres chaque mois leur a demandé de témoigner lors de la messe du Jeudi saint.

Mardi 19 mars, à 20 heures, le groupe s’est donc retrouvé dans les locaux de Notre-Dame-de-la-Lumière. Parmi la vingtaine de personnes présentes ce soir-là, certaines n’ont pas hésité à parcourir plus de 40 km dans la campagne bressane pour venir.

Denise, une participante, est chargée de distribuer les prises de parole. Elle lit à voix haute les textes dans lesquels chacun raconte une expérience de service : l’un parle d’une pièce ou d’un morceau de pain donné à un plus pauvre que lui ; l’autre évoque l’accueil d’une femme battue “aux chaussures boueuses”… Certains ont un peu le trac et craignent de ne pas réussir à bien lire devant l’assemblée.

« On était un peu ignorés, oubliés »

Depuis septembre dernier, ce groupe qui existe depuis 1994 anime une fois par trimestre la messe de cette même paroisse. Une belle reconnaissance pour Janine, membre du groupe : « Même si l’on est dans la précarité, on a des choses intéressantes à dire, aussi bonnes que les autres ! »

Et tous de reconnaître que le groupe a longtemps existé dans l’anonymat : « C’est vrai qu’avant, on était un peu ignorés, oubliés », explique Michèle, la coordinatrice du groupe. Aujourd’hui, ajoute Francine en riant, « il y a même une dame de la paroisse qui m’a dit : “Vous faites de belles intentions de prières, j’aurais pas cru !” ».

Brice est l’un des derniers arrivés dans le groupe. Depuis deux ans, cet homme d’une trentaine d’années qui vient de trouver un poste d’auxiliaire de vie scolaire évoque l’amitié et le soutien qu’il puise ici : « Je retire une grande énergie au milieu de ces gens qui vivent dans la précarité. J’ai pris confiance en moi quand j’ai vu comment ils se serraient les coudes. »

 

(1) Évangile de Jean, chapitre 5, verset 1-18.

Gautier Demouveaux et Sophie Lebrun
Crédits photos : © Gaël Kerbaol / Secours Catholique-Caritas France
Procession de Lourdes
Plus d'informations
Spiritualité
# sur le même thème