Le Secadev relance la vie rurale et l’éducation

Publié le 19/06/2012
Tchad
Le Secadev relance la vie rurale et l’éducation
 

Partenaire du Secours Catholique, le Secadev tchadien connaît parfaitement l’est du pays, où il opère depuis 1983. Il y travaille efficacement, avec les autorités locales et les agences des Nations unies, pour apporter assistance et protection aux populations réfugiées soudanaises victimes de la crise du Darfour, ainsi qu’auprès de populations déplacées tchadiennes, toujours à cause de ce même conflit.

Programme en faveur des populations autochtones

En 2009, le Secadev a mis en place des programmes d’aide en faveur des populations autochtones qui accueillent sur leurs terres, depuis des années, tous ces réfugiées ou déplacés. En 2011, avec l’appui financier de l’association française, il a favorisé dans cette région une meilleure organisation rurale et une politique de prévention et de maîtrise des conflits : mise en place et reconnaissance officielle de 80 groupements villageois, formation de 71 de leurs membres à la vie associative et à la gestion des biens communautaires, participation de 50 personnes (dont des membres de groupements) à deux ateliers portant sur la prévention et la gestion des conflits. Par ailleurs, des activités génératrices de revenus sont également mises en place.

Sur le plan éducatif, le Secadev a mis en place des programmes d’alphabétisation pour les adultes. Dans des zones où sont ouvertes 16 écoles primaires, il a sensibilisé des parents à l’importance de la scolarisation des enfants (un enfant sur deux ne va pas à l’école), en particulier les filles, encore plus souvent absentes des classes que les garçons. Le Secadev a aussi insisté auprès d’eux sur le rôle primordial joué par l’éducation parentale et sur la nécessité de s’impliquer dans l’amélioration des conditions de travail des enseignants et des élèves.

Ces deux priorités du Secadev sont toujours d’actualité en 2012 et 2013. S’appuyant sur les groupements les plus dynamiques parmi ceux préalablement formés, il va inciter à la création de 12 unions regroupant ces organisations paysannes, susceptibles de donner un nouvel élan à la vie locale en faisant émerger des leaders villageois (hommes et femmes). Et 150 membres de groupements seront formés aux rôles et aux responsabilités à assumer dans une union.

La relation bâtie avec de nombreux parents va permettre de poursuivre la prise de conscience éducative dans les villages. Une séance de sensibilisation sera organisée dans une quarantaine de villages tous les mois. Ce travail vise à encourager la scolarisation des enfants. Il doit également permettre aux élèves et aux enseignants, grâce au soutien des adultes, de disposer des locaux et équipements nécessaires. Les 25 associations de parents d’élèves, partenaires de poids dans un domaine marqué par la défaillance de l’État, seront, elles, conseillées pour mener à bien leur appui au fonctionnement des écoles. Dans le même temps, elles évalueront, avec l’aide des inspecteurs départementaux, l’impact des formations reçues dans le cadre du projet.

Le Secours Catholique verse 163 387 euros pour ce projet qui au total touchera environ 30 000 personnes en 2012 et 2013. Il couvre ainsi la totalité du budget de l’opération.

crédit : Caritas Suisse/CI
Écolière Haïtienne souriante dans sa classe
Plus d'informations
Solidarité internationale et développement
# sur le même thème